Et si on allait jusqu’à Stockholm en train ?

Posted on October 30, 2018 in Travels • 44 min read

Lorsque j’ai découvert que le train entre Hambourg et Copenhague embarquait sur un ferry au milieu du trajet, il fallait que je fasse ce trajet ! Et puis, tant qu’à faire, pourquoi ne pas partir de Paris et aller jusqu’à Stockholm ? Un peu plus de 2000  km en train, parcourus en 12 jours avec des étapes à Bruxelles, Cologne, Hambourg, Copenhague, Malmö, Göteborg et enfin Stockholm, le terminus. C’est parti !

Le bon côté en partant fin septembre, c’est qu’il fait encore assez beau, tout en étant hors saison donc il y a moins de monde et il y a des tarifs réduits dans pas mal d’endroits. Attention cependant, de nombreux sites ferment hors saison et les autres ont des horaires réduits.

Les prix sont donnés à titre indicatif. On avait pris tous les billets à peu près 2 mois en avance. Pour les couronnes danoises, le taux de change est d’environ 1 € = 7 DK. Pour les couronnes suédoises, le taux de change est d’environ 1 € = 10 SEK.

1er jour, Bruxelles et Brugge

Le premier jour, on part de Paris en Thalys, direction Bruxelles (départ à 7h25 de Paris, arrivée à 8h47, 29 € par personne en tarif “Mini”).

Le Thalys

Note : Attention aux billets Bruxelles → Paris achetés par la SNCF, pas moyen de les imprimer en gare de Bruxelles, sauf à payer 15 €. Mieux vaut passer directement par le site Thalys ou Trainline.

Comme on connaissait déjà Bruxelles, on a décidé d’aller à Brugge (Bruges en français). Il y a plusieurs trains par heure (notamment sur la ligne Bruxelles - Gent - Brugge - Oostende). Les billets peuvent s’acheter en avance en ligne ou aux bornes à la gare. Si vous êtes jeunes (moins de 26 ans), le plus rentable est de prendre des billets “Go Pass 1” qui vous coûteront 6,4 € par trajet, quelque soit la distance parcourue en Belgique. Si vous utilisez les dix trajets (ou si vous retournez en Belgique dans l’année), les RailPass permettent de voyager sur tout le territoire belge pour 7,7 € par trajet (plusieurs personnes peuvent voyager avec le même RailPass, ça décompte simplement un trajet par personne). Enfin, il existe des billets Thalys TGB (Toutes Gares Belges) qui sont un peu plus cher mais permettent de faire une correspondance avec un train belge à l’arrivée à Bruxelles, sans supplément.

Le train Bruxelles - Gent - Brugge

Note : À la gare de Bruxelles Midi, les WCs sont payants (0.6 €) et il y a des consignes de différentes tailles. Les plus petites, qui peuvent stocker deux bagages format “cabine” sans problèmes, sont à 5 € la journée, à payer en espèces uniquement. Aussi, en Belgique on trouve peu de fontaines d’eau potable dans les rues, et l’eau est en général payante dans les restaurants.

Brugge

On a donc décidé de passer la journée à Brugge. Voici un petit itinéraire avec les principaux sites touristiques.

Brugge Une baleine de plastique à Brugge Les moulins de Brugge Une façade amusante !

Quelques adresses à Bruges :

  • Chez Albert, un stand de gaufres, visiblement un des meilleurs de la ville. Un monde fou et à emporter uniquement, on n’a pas testé du coup…
  • Salé et Sucré, un petit café très sympa qui fait d’excellentes gaufres aussi.

Les gaufres de Salé et Sucré

  • Pour les chocolats, il y a The Chocolate Line, très cher, mais le magasin et sa déco est à voir !
  • Pour les chocolats, beaucoup plus abordable, il y a Dumon qui est très bon aussi. Plusieurs adresses à Brugge, ici aussi par exemple.

Godshuis de Vos Le béguinage de Brugge Minnewater

Quelques liens pratiques sur Brugge:

Bruxelles

Le soir, retour à Bruxelles d’où nous repartons le lendemain matin. On a passé la nuit dans un Airbnb à côté de Saint-Guidon, sur les bords du canal. Le quartier est moitié résidentiel, moitié zone industrialo-commerciale mais le métro à Saint-Guidon permet de rejoindre le centre-ville assez facilement (compter 30 minutes). Il y a un bus direct qui rejoint la gare de Bruxelles midi en 10 minutes (compter 30 minutes de marche peu agréable à pied sinon). Le bon plan reste les Villo (les mêmes que les Vélib 1) qui vous permettent de rejoindre le centre de Bruxelles en 15 minutes avec une piste cyclable très agréable le long du canal (séparée de la circulation motorisée). Un ticket 24h pour le Villo coûte 1,6 € et vous permet de prendre autant de vélos que vous voulez pendant les 24h sous réserve que chaque vélo soit gardé moins de 30 minutes (sinon, il faut payer un petit supplément).

Quelques adresses à Bruxelles :

  • Le Fin de Siècle (merci ZeHiro pour l’adresse !), un restaurant bon et copieux avec de la cuisine régionale, pas très cher et avec des options végétariennes. Attention, paiement en espèces uniquement !
  • Le Delirium Café (merci bnjbvr pour l’adresse !), un bon bar très touristique avec une longue carte et de bonnes bières (l’étage est plus calme).
  • Le bar O’Reilly’s devant la bourse.
  • Goupil le Fol (merci ZeHiro pour l’adresse !), un bar très sympa sur le thème de la chanson française. Une description en quelques mots ne serait pas très juste et ne pourrait rendre compte de l’ambiance de ce bar, à tester ! :)

2e jour : Cologne et Hambourg

Deux trajets en train pour ce deuxième jour :

  • Un DB ICE de Bruxelles à Cologne (départ 8h23, arrivée 10h15), 15 € par personne.

    Le DB ICE Bruxelles - Cologne

  • Un DB IC de Cologne à Hambourg (départ 14h10, arrivée à 18h14), 30 € par personne.

    Le DB IC Cologne - Hambourg

Ces trajets nous laissent 4h à Cologne, largement de quoi découvrir la cathédrale et explorer le centre historique !

Note : Attention aux partenaires de la DB (Trainline par exemple). La DB ne les notifie pas en cas de changement sur votre train et la DB ne notifie directement que les clients ayant acheté chez eux. Il faut donc vérifier soi-même que le train n’a pas été modifié avant le départ, si vous avez acheté chez un partenaire. C’est probablement plus pratique d’acheter directement auprès de la DB du coup…

Note : Sur tous les trajets en train qu’on a fait, on n’a eu qu’un seul retard, de 30 minutes, sur le train entre Bruxelles et Cologne. Visiblement (selon les témoignages en ligne), la DB est une habituée des retards… Attention à ne pas prendre une correspondance trop courte à Cologne du coup !

Note : Attention, dans les trains de la DB, en seconde, la réservation (une place assise réservée) n’est pas incluse et il faut payer un supplément si on le veut (c’est gratuit en première). Ce n’est en général pas un problème de ne pas la prendre, il y a toujours des places libres (sur les trajets qu’on a fait c’était le cas en tout cas), mais il faut potentiellement se déplacer en cours de trajet. Sur nos trajets, tous les sièges avaient toujours un écran qui clignotait “attention, ce siège peut être réservé”, sans donner plus d’informations… pas très pratique pour savoir où s’asseoir !

Cologne

À la gare de Cologne, il y a deux consignes automatiques (3 € pour 2h, 6 € par 24h, maximum 72h pour un petit casier comme celui de Bruxelles). On peut payer en espèces, en carte (mais tous les boîtiers carte étaient HS) ou en billets. Parfait pour laisser ses affaires et aller visiter la cathédrale !

Voici un petit itinéraire pour faire un tour à Cologne.

La cathédrale de Cologne Une maison à colombages La Rathausturm

Pour manger, on a trouvé un stand de curry wurst. Attention, on a eu beaucoup de mal à trouver un supermarché à Cologne, dans le centre-ville. Il y a par contre un petit REWE à la gare, avec des tarifs étonnamment raisonnables pour une gare.

Quelques liens utiles :

Hambourg

Un itinéraire pour faire un tour à Hambourg est visible ici, en commençant par les quais et les vues sur les grues du port industriel en face, puis en passant dans la Speicherstadt, une ancienne zone d’entrepôts classée à l’UNESCO et aujourd’hui reconvertie, puis en continuant dans le centre-ville et le long des canaux avant de finir sur les bords du lac Alster et dans le quartier qui bouge, vers Sternchanze.

Pour se déplacer dans Hambourg, le plus simple est probablement de prendre les transports en commun (S-Bahn, comme le RER, ou le U-Bahn, comme le métro). On peut acheter des tickets “courts trajets” aux bornes (1.6 € / ticket), qui sont valables pour 3 stations maximum. Attention, le ticket est valable pour une durée limitée (1h30 de mémoire) et la période démarre immédiatement après l’achat ! Pas besoin de composter du coup, mais on ne peut pas en acheter en avance en prévision.

Pour manger le soir, on a testé (et approuvé !) Hatari, une brasserie (burgers etc) vraiment bien, avec même des super options végétariennes ! Pour loger, on était à côté de la station Baumwall et c’était super et très bien situé.

La gare de Hambourg Les grues sur le port de Hambourg

Quelques liens utiles en vrac sur Hambourg :

3e jour, Copenhague, du côté du centre-ville

Le train

Pour ce troisième jour, direction Copenhague, par un train un peu particulier (un DB EC) ! Départ de Hambourg à 9h28, arrivée à Copenhague à 14h26, compter 70 €  par personne (le prix a bondi au moment où on a acheté, la veille il était encore à 35 € par personne…).

Le train Hambourg - Copenhague L'intérieur du train Hambourg - Copenhague

Note : Le train Hambourg - Copenhague est étonnamment court (quelques voitures seulement) et donc forcément très rempli… On a réussi à trouver des places libres pour le trajet, mais il est préférable de prendre une réservation sur ce train pour être tranquille.

Au bout de quelques heures de rails, le train embarque… dans un ferry ! Et il traverse ainsi entre Puttgarden et Rødby (45 minutes de ferry). C’est assez étonnant de voir un train emprunter un ferry (et c’était une des motivations initiales du voyage !) ! C’est un des derniers trains à le faire encore en Europe (et un tunnel est en projet pour supprimer cette étape). Du coup, forcément, le train est raccourci au minimum, pour tenir dans le ferry. Les services sont donc limités à bord et il n’y a pas de wagon bar par exemple (simplement quelques distributeurs entre les voitures). Lors de la traversée en ferry, le train est verrouillé (on peut donc laisser ses bagages en sécurité) et les passagers doivent monter sur les ponts supérieurs du ferry. Sur le ferry (comme sur tous les autres ferrys qu’on a pris), il y a le classique magasin “duty free” ainsi que des cafés qui servent des sandwiches et des saucisses-frites (à des tarifs danois…).

Le train dans le ferry Des pictogrammes surprenant dans un ferry Au débarquement Le ferry

Note : Attention au hors-forfait sur le ferry, on passe sur un opérateur “maritime” hors Danemark et Allemagne et gare à la facture !

À l’arrivée à la gare de Copenhague, il y a de nombreuses consignes entre 65 et 75 DKK pour 24h (selon la taille du casier). Attention, peu de consignes acceptent le paiement par carte bancaire et ce sont celles qui sont utilisées en priorité. Mieux vaut donc avoir quelques espèces pour être tranquille.

Copenhague

Pour visiter Copenhague, il existe la Copenhague Card, mais elle n’est pas forcément rentable si vous êtes étudiants ou jeunes car vous avez déjà de nombreuses réductions dans les musées.

Note : Au Danemark, les musées ouvrent vers 10h et ferment tôt (entre 16h et 18h pour la plupart). Pensez-y pour adapter votre itinéraire et votre journée en conséquence :)

Un itinéraire pour faire un tour dans le centre historique de Copenhague est disponible ici. On passe notamment :

  • devant le parc Tivoli, un grand parc d’attractions, malheureusement fermé à cette période de l’année (il rouvre pour Halloween et Noël).

Tivoli

  • à l’Hôtel de Ville qu’on peut visiter librement. On peut aussi y admirer une très belle horloge, dans une salle en entrant à droite (entrée gratuite car en rénovation actuellement). Il y a de jolies façades sur cette place, dont celle du Scandic Hotel.

L'Hôtel de Ville Le grand hall de l'Hôtel de Ville

Gråbrødretorv

  • à côté de l’église du Saint-Esprit.
  • au pied de la tour Nikolaj.
  • sur la place Kongens Nytorv avec de magnifiques bâtiments dont le théâtre et le château de Charlottenborg. La place est en travaux en ce moment pour la construction d’une nouvelle ligne de métro.
  • à Nyhavn, le petit quai carte postale de Copenhague.

Nyhavn

  • à l’Holmens Kirke, une ancienne fabrique convertie en usine.
  • devant la bourse historique de Copenhague, aujourd’hui une chambre de commerce (qui ne se visite pas). Le bâtiment est surmonté d’une flèche avec quatre dragons dont les queues entrelacées finissent en corne de narval et marque l’union indissoluble des 4 royaumes des pays nordiques. Beaucoup de photos de la Bourse par ici.

La bourse

Il y a une tour de 106m de haut au château de Christiansborg (avec un ascenseur pour monter). L’accès est gratuit et la vue superbe ! La tour est ouverte à des horaires assez larges car il y a un restaurant à l’avant-dernier étage. Prévoir un peu d’attente (15 minutes à 19h pour nous) avant de pouvoir monter.

Vue sur Copenhague depuis le sommet

Note : Il y a de nombreux musées d’art à Copenhague aussi, dont le Musée national du Danemark ou la Ny Carlsberg Glyptotek (du nom de la célèbre brasserie locale). À vous de voir en fonction de vos intérêts et du temps disponible :)

Le soir, on a mangé au Paludan Café, un mix de café, restaurant (et librairie ?) très sympa (et très étudiant). En rentrant, on s’installe sur une table au milieu des rayons de livres puis il faut aller commander au bar. Prix raisonnables (mais danois quand même) et options végétariennes !

En voulant rentrer à notre logement le soir, on a découvert… le bus à Copenhague… ou plutôt l’épreuve du combattant pour trouver où acheter son ticket de bus ! Dans la gare de Copenhague, il y a pas plein de distributeurs différents : les distributeurs de la DSB (la SNCF danoise), les distributeurs de SJ (la SNCF suédoise), les distributeurs pour les trains qui traversent vers la Suède, … Aucun n’est clairement assigné pour les transports en commun de Copenhague, mais il semblerait que ce soit la borne de la DSB qui vende ces billets. Il faut ensuite trouver le bon billet (on essaye au hasard, en vérifiant si le prix correspond au prix attendu), puis la carte de crédit est refusée par la machine (qui ne prend visiblement aucune carte de crédit française…).

Bref, pour acheter un billet de bus (24 DKK pour un trajet), le plus simple est de le prendre directement auprès du conducteur. Attention, il n’accepte que les petites coupures (100 DKK grand maximum) !

4e jour, Copenhague, du côté de Nørrebro et Amalienborg

Pour démarrer la journée, on est allé faire un tour dans Nørrebro, le quartier hipster de Copenhague, surtout autour de Jægersborggade , Nørrebrogade et Elmegade. C’est aussi l’occasion de faire un tour dans le cimetière Assistens Kirkegård où sont notamment enterrés Hans Christian Andersen (des comptes), Niels Bohr (de la physique quantique) et de Søren Aabye Kierkegaard (le philosophe).

La tombe de Niels Bohr

À deux pas de là, on recommande The Coffee Collective pour un (très) bon café (et chocolat chaud) ! C’est aussi un très bon endroit pour se poser à proximité de prises électriques pour déballer cartes et ordis et planifier le reste de la journée :) On ne manquera pas en chemin la boulangerie Meyers et ses excellentes pâtisseries !

The Coffee Collective Spandauer, brioche à la crème Brioche à la canelle

Pour manger un weekend, le brunch au Ravnsborg Kitchen & Bar est une très bonne option. Pas mal de choix, un menu en anglais et des options végétariennes. Le service est très lent par contre. Pour le brunch, le café propose une liste de petits plats et on paye 59, 99, 139 DKK selon que l’on prenne 3, 5 ou 7 plats. Il y a pas mal de choix et les portions sont raisonnables (surtout si l’on sort de la boulangerie Meyers ! :p).

L’après-midi, direction Amalienborg, le palais qui est la résidence d’hiver de la famille royale de Danemark. En chemin, c’est l’occasion de voir :

La palmeraie

  • Le Rosenborg Slot, un très joli château. L’entrée est à 110 DKK (75 DKK pour les étudiants). Il y a une brochure complète en français. Ne pas manquer le trésor, au sous-sol, où sont conservées les joyaux de la couronne danoise !

Le Rosenborg Slot Les joyaux de la couronne

Marmorkirken

  • Le musée du design dont l’entrée est gratuite pour les étudiants et moins de 26 ans. Sinon, c’est 115 DKK, ce qui est un peu cher à mon avis. Il y a plusieurs expos : une première salle sur les inspirations japonaises du design danois (pas mal), puis plusieurs salles de collections de textiles et porcelaines (à passer rapidement, sauf si vous aimez particulièrement ça) et les dernières salles se concentrent sur le design contemporain. Cette dernière partie est la plus intéressante, avec de nombreux meubles, chaises etc de grands designers.
  • Finalement, on arrive sur le château d’Amalienborg et sa place, d’où l’on a la perspective sur Marmorkirken d’une part et sur le nouvel opéra d’autre part.

Amalienborg

  • Nyboder, autour de Haregade avec ses jolies petites maisons oranges, initialement construites par Christian IV pour loger le personnel de la marine et leurs familles.

Finalement, on a fini la journée par remonter le long des quais jusqu’au Kastellet, une ancienne citadelle ouverte au public puis à la statue de la Petite-Sirène qui est très décevante (mais on avait été prévenu). Elle n’est pas très grande, noyée sous les touristes (quoique hors saison et en fin de soirée, c’est probablement plus raisonnable) et a de magnifiques éoliennes et cheminées d’usines en fond (qu’on ne voit jamais sur les cartes postales :)).

La Petite Sirène comme vous ne l'avez jamais vue !

5e jour, Copenhague du côté de Christianshavn et Christiana et Malmö

Copenhague du côté de Christianshavn et Christiana

Christianshavn

Le lendemain matin, départ pour Christianshavn, sur l’île opposée au centre historique. C’est un ancien quartier de manufactures (avec de grands et beaux bâtiments en briques :), avec des canaux prévus pour décharger les marchandises directement des bateaux dans les manufactures. Il ne faut pas rater :

  • La Christians Kirke qui est parait-il très jolie mais les horaires ont l’air assez aléatoires (et la visite est interdite pendant les offices).
  • La passerelle piétons/vélos dessinée par Olafur Eliasson et qui ressemble à des mâts de bateaux.
  • Ne surtout pas manquer la Vor Frelsers Kirke, sauf si vous avez le vertige peut-être… On peut monter tout en haut de la flèche de l’église (90m de haut quand même !) et avoir une vue imprenable sur Copenhague. Attention, l’ascension commence avec des escaliers assez raides en bois pour monter dans le clocher puis un escalier en colimaçon extérieur. Prévoir un petit peu d’attente avant de pouvoir monter, selon la fréquentation. L’ascension coûte 35 DKK (25 DKK pour les étudiants et les moins de 25 ans).

Vor Frelsers Kirke Vor Frelsers Kirke

  • La commune libre de Christiana, une communauté autogérée de Copenhague, fondée sur le terrain d’une ancienne caserne désaffectée en 1971 et qui tient bon (voir la page Wikipédia pour plus de détails sur son histoire et ses valeurs). La vente de cannabis (ielles se positionnent en faveur d’une légalisation, bien que ce soit illégal au Danemark) y est pratiquée mais toute vente ou consommation de drogues dures est sévèrement réprimée. Attention, il est interdit de prendre des photos dans les rues les plus proches de l’entrée, là où du cannabis est vendu (des panneaux le signalent et on vous rappellera à l’ordre si vous contrevenez). Dans le reste de la commune, on peut prendre des photos mais il est nécessaire de demander l’accord des habitants avant de les prendre ou leurs maisons en photos. Il n’y a pas grand chose à voir en pratique, c’est un peu comme visiter une ZAD. C’est plutôt l’atmosphère et l’organisation de la société qui valent le coup. Il y a quelques très jolies maisons construites par les habitants, principalement au bord de l’eau. C’est aussi là-bas que se trouvent les ateliers des Christiana Bikes, les triporteurs qu’on voit partout à Copenhague ! On y est allé un dimanche matin donc l’ambiance était très calme et très familial. Il y a des concerts et des animations organisées en soirée. Bref, quoiqu’on en pense, il faut l’avoir vu au moins une fois et ça vaut le coup !

Pour manger dans Christianshavn, une bonne adresse est Lagkagehuset qui fait de bonnes pâtisseries, des sandwiches (50 DKK) et des salades (70 DKK). Comme (presque) partout au Danemark, aucun problème pour trouver de la nourriture végétarienne, végétalienne ou sans gluten !

L’après-midi, direction la Suède, juste en face, de l’autre côté du pont Øresundbron. Notre plan était de passer une nuit à Malmö et de faire un tour en Scanie, entre Malmö, Helsingborg, Helsingør et Lund.

Le bon plan pour faire ça, c’est d’acheter un billet “Sound Around” (malheureusement, le site des transports locaux en Scanie est uniquement en suédois, avec une traduction automatique :/). Le billet coûte 299 SEK (249 DKK pour les étudiants) et permet de faire, pendant deux jours :

  • Une traversée du détroit (dans un sens ou dans l’autre) par le train sur le pont.
  • Une traversée du détroit (dans un sens ou dans l’autre) par le ferry entre Helsingborg et Helsingør.
  • Autant de trajets qu’on veut en Scanie, du côté suédois (tous les trains entre les villes et tous les bus, dans les villes ou entre les villes).
  • Autant de trajets qu’on veut du côté danois, sur les trains de la DSB (entre les villes), le S-tog, le métro et les bus (dont ceux à Copenhague).

Du coup, ce billet a couvert tous nos déplacements à partir de ce moment jusqu’au départ pour Göteborg. Le billet peut être acheté en ligne (et c’est visiblement une carte qui vous est envoyée par la poste) ou dans un point de vente en Suède. Au Danemark, le seul point de vente est l’office de tourisme en face de la gare. Dans ce cas, on vous donne un petit billet papier sur laquelle vous devez inscrire la date de début et à présenter aux contrôleurs à chaque contrôle. Il n’y a rien à badger à chaque montée.

Note : Il y a une imprécision sur le site et ce n’est pas clair si le billet est valable 48h ou deux jours. Si vous l’achetez au Danemark, c’est assez clair par contre car il n’y a qu’une case pour marquer la date de début de validité. Le ticket est valable ce jour-ci et le lendemain.

C’est parti direction Malmö en prenant l’Øresundståg, le train grande vitesse qui relie Copenhague, l’aéroport de Copenhague et la Suède en passant par le pont. Compter 40 minutes entre Copenhague et Malmö, les trains sont très réguliers et circulent quasiment 24h/24.

L'Øresundståg

Malmö

Les principales choses à voir à Malmö sont :

Hebba Hus

  • Le Moderna Museet, une antenne du musée d’art moderne de Stockholm. Entrée gratuite, mais on est arrivé trop tard :(
  • La Sankt Johannes kyrka et son architecture étrange avec ses tours rondes.
  • Le Konsthall, un grand centre d’expositions (temporaires) d’art contemporain. Entrée gratuite.
  • La Lilla Torg, une petite place avec de vieux bâtiments à colombages.
  • La Stortorget, la place principale. On y trouve en particulier l’hôtel de ville et une pharmacie ancienne avec de jolies boiseries. Ne pas manquer les publicités peintes sur le côté gauche du bâtiment et le petit passage à droite.

Stortorget

  • Le centre historique, entre les canaux, autour de la Stortorget.
  • La citadelle, qui abrite le musée de la ville (fermé également quand on y est passé :().
  • Les petites cabanes autour du marché au poisson.

Le marché aux poissons

  • Le quartier ultramoderne (et qui veut être écologique) de Västra Hamnen. Il est au bord du détroit (avec quelques pontons et plages) et permet de profiter de jolies vues sur le pont Øresundbron. C’est également dans ce quartier qu’on trouve la Turning Torso, une tour d’habitation moderne de 54 étages (la plus haute de Scandinavie !) à l’architecture assez unique.

Turning Torso

Pour loger à Malmö, on avait trouvé un tarif intéressant à l’Hôtel Garden sur Booking (120 € pour deux nuits). Il est très bien situé), a 4 étoiles, un sauna et une terrasse. Les chambres ne sont pas très grandes mais c’est très raisonnable quand même. Le petit déjeuner est inclus et vraiment super (avec plein de choix, viennoiseries, muesli, œufs, charcuteries, sashimis, etc, j’ai rarement vu un petit déjeuner d’hôtel aussi fourni). Il semblerait que l’hôtel puissent louer / prêter des vélos pour se déplacer facilement, mais on n’a pas essayé.

Pour manger à Malmö, on a testé Max, une chaîne de fast-foods suédoise, à la Mc Donald’s. C’est globalement mieux que Mc Donald’s (en France, on n’a pas testé Mc Donald’s en Suède), compter entre 5 et 10 €. Comme partout en Suède, il y a de nombreuses options végétariennes (souvent avec du halloumi, ielles en mettent partout) ou végétaliennes.

6e jour, un tour en Scanie

Pour cette journée, on avait prévu de faire un tour en Scanie (et de profiter des voyages illimités inclus dans notre billet de transport !). Au programme : Helsingborg, Helsingør et Lund.

Helsingborg

Helsingborg est située sur le détroit de l’Øresund, à un peu moins d’une heure de train de Malmö. Pour y aller, on peut prendre soit un Øresundståg (les trains qui relient le Danemark et la Suède puis continuent leur route en Suède), soit un Pågatåg (les TER de Scanie).

Pågatåg

En sortant de la gare, on arrive très vite sur l’hôtel de ville et Stortorget (la place principale). Au bout de celle-ci, ne pas rater les escaliers qui montent à Kärnan, un vestige de l’ancienne forteresse. On y a une vue imprenable sur le port et le détroit. Malheureusement les escaliers et les terrasses de la citadelle sont fermés jusqu’en 2019.

On a fait un tour dans les petites rues piétonnes autour de la Sankta Maria kyrka.

La Dunkers kulturhus un peu plus loin, au bord du port, héberge une exposition gratuite sur l’histoire de la ville et des expositions temporaires (70 SEK, gratuit pour les moins de 18 ans). C’est aussi un bon spot pour se poser, recharger et planifier le reste de la journée !

Helsingør

Ferry

Pour traverser jusqu’à Helsingør, on peut prendre le ferry (une traversée incluse dans le billet “Sound Around”). Il y en a quasiment en continu et la traversée est très courte (moins de 20 minutes). Comme sur tous les ferries qu’on a pris au Danemark et en Suède, il y a une cafétéria à bord qui fait des sandwiches et saucisses à des prix plutôt raisonnables. Ça peut dépanner :)

Helsingør

À Helsingør, ne pas rater : La Sankt Mariæ Kirke og Vor Frue Kloster, une jolie église avec un petit cloître. Une autre église, la Sankt Olai Kirke. Les petites rues piétonnes du vieux centre, avec leurs jolies petites maisons, notamment Sanct Anna Gade et les rues entre Axeltorv et la gare. Les bâtiments modernes autour de Kulturværftet, à la place des anciens chantiers navals. Il y a aussi un musée maritime dans une ancienne cale sèche, malheureusement ouvert uniquement le weekend hors saison.

Les anciens chantiers navals

  • Le château de Kronborg (voir aussi sa page Wikipédia), le château qui sert de cadre à la pièce Hamlet de Shakespeare, classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. L’entrée est à 90 DKK (80 DKK pour les étudiants). Ne pas rater l’ascension de la tour (c’est haut !), d’où on a une vue imprenable sur le détroit. Ne pas rater non plus la visite des souterrains (lampe torche conseillée, ou téléphone portable à défaut) qui abritent entre autres une statue de Holger Danske, un héros légendaire danois.

Le château de Kronborg Holger Danske

Helsingør

Quelques liens utiles sur Helsingør :

Lund

On repart ensuite pour la Scanie, du côté suédois, à Lund plus précisément. Deux options pour le trajet, à peu près équivalentes en temps : Soit reprendre le train à Helsingør directement pour Lund. Compter 1h40. Le train passe par le Øresundbron, donc c’est une bonne option si vous n’avez pas encore utilisé ce passage dans votre billet “Sound Around”. Elle vous permet aussi de refaire un tour en train au Danemark (même si le paysage sur ce trajet n’est pas exceptionnel). Soit reprendre le ferry pour Helsingborg (compter 5 € par personne et 20 minutes) puis le train de Helsingborg à Lund (inclus dans tous les cas avec le billet “Sound Around”, compter 40 minutes). C’est probablement l’option la plus rapide, mais ça dépend des combinaisons des horaires.

Lund est une ville universitaire (son université est la seconde plus ancienne de Suède et une des mieux cotées de Suède aujourd’hui). À voir à Lund : Les bâtiments de l’Université et notamment le bâtiment principal La cathédrale de Lund Le Jardin botanique Les jolies petites rues derrière la cathédrale, notamment Adelgatan * Quelques photos sont sur ce blog de voyage.

Lund Cathédrale de Lund Université de Lund

Il y a aussi quelques musées, mais ils ferment tôt et il était malheureusement trop tard…

Pour manger, on n’a pas cherché très loin et on est allé chez Kebab Huset (il fallait bien tester un kebab en Suède pour voir si c’était pareil qu’en France :). Ratio quantité / prix excellent et, Suède oblige, on peut avoir de la viande ou des falafels dans son kebab :)

Le soir, retour à Malmö pour y passer la nuit, 15 minutes de train et il y a des trains quasiment 24h/24.

7e jour, Göteborg

Le lendemain, départ pour Göteborg en train grande vitesse SJ. Départ à 8h34 de Malmö, arrivée à 11h00 à Göteborg, pour 195 SEK par personne (réduction pour les étudiants avec une carte ISIC, 166 SEK). On découvre les trains suédois SJ3000 / X55 qui sont grands conforts, la seconde classe ressemblerait presque à notre première classe ! Sur les trains suédois de SJ, on peut choisir son siège comme dans les avions, à l’achat du billet. Il peut être intéressant de prendre un siège sur la gauche du train pour ce trajet, on aperçoit régulièrement la mer et le paysage est très joli !

Train Malmö - Göteborg

Note : À Göteborg (comme dans toutes les gares suédoises en fait, j’ai l’impression), il y a des consignes à bagages.

À Göteborg, il y a de classiques cartes pour touristes mais elles n’incluent pas les transports, ce qui est nettement moins rentable du coup. Pour les transports, le billet de base est à 30 SEK (27 SEK si acheté dans l’application). Il y a aussi des billets 24h (95 SEK) ou 72h (190 SEK) (voir cette page). Si acheté dans l’application, les billets sont valables 24h/72h à partir de l’activation (sur papier, c’est probablement pareil, mais on n’a pas testé). Les billets journée peuvent être particulièrement intéressants si vous allez dans l’archipel.

Note : Il y a plusieurs zones de transport à Göteborg et il n’est pas toujours facile de trouver le bon ticket. La plupart de vos voyages (y compris dans l’archipel sud) seront couverts par la zone “Göteborg”. En cas de doute, l’application est assez bien faite et assez claire sur les billets utilisables.

Pour ce premier jour à Göteborg, il faisait gris (et franchement mauvais en fait…), du coup on s’est concentré sur le centre-ville où on pouvait rapidement se réfugier dans un magasin et les musées. :)

Pour manger le midi, un très bon plan est le Saluhallen, un grand (et beau, en fer à la Eiffel) marché couvert en centre-ville. On y trouve les étals habituels d’un marché couvert ainsi que de nombreux stands qui servent des plats à des tarifs très raisonnables. On a testé la spécialité locale, le filet de hareng grillé avec de la purée de pommes de terre, très bons, copieux et pas chers ! Pas très loin, on trouve aussi plusieurs cafés da Matteo qui servent du très bon café, par exemple celui-ci sur Vallgatan, une des rues très commerçantes du centre-ville (où on trouve aussi quelques magasins suédois de design comme DesignTorget ou de vêtements).

Après ce tour en centre-ville, ne pas rater le jardin botanique et en particulier la palmeraie, impressionnante serre remplie de palmiers et cactées, en libre accès.

La serre du jardin botanique

Malheureusement, le Röhsska Museum of Design & Applied Art était fermé pour travaux. Le Göteborgs konstmuseum était ouvert et vaut vraiment une visite (entrée gratuite jusqu’à 25 ans, 60 SEK sinon, payable uniquement en CB) !

Konstmuseum

Un peu plus loin derrière, de l’autre côté des bâtiments de l’université, on trouve le Världskulturmuseet, un musée (entrée gratuite) sur les cultures du monde, dans un bâtiment ultra moderne, avec des expositions temporaires sur des thèmes de société (sur la guerre en Syrie et les réfugiés quand on y est passé). On y est arrivé trop tard, mais le musée fait des nocturnes le lendemain (mercredi soir), pratique !

Dans le même quartier, on trouve aussi Liseberg, un grand parc d’attractions, malheureusement fermé à cette période de l’année (il rouvre pour Halloween et Noël seulement).

On est donc redescendu faire un tour dans Haga, un ancien quartier ouvrier avec des maisons pittoresques né lorsque la ville s’est étendue hors de ses remparts défensifs. Le quartier est aujourd’hui totalement gentrifié et très bobo/hipster. Pour faire une pause dans ce quartier, ne pas rater le Café Husaren qui fait beaucoup de gâteaux et de pâtisseries (dont les Hagabulle, d’énormes et très bons kannelbullars, 60 SEK), ainsi que des lasagnes, des salades, des sandwiches et des quiches (entre 8 et 10 €). Pas mal d’options végétariennes et vegans clairement indiquées aussi ! Dans le quartier, ne pas manquer non plus la Hagakyrkan, aux horaires d’ouverture malheureusement assez aléatoires apparement :/

Hagabulle

Finalement, on a fini la journée en montant en haut de la colline de Skansen Kronan, une ancienne tour de défense de la ville de Göteborg. On y a une vue à 360° sur la ville et la mer.

Vue depuis Skansen Kronan

À Göteborg, on logeait dans un Airbnb dans le quartier de Majorna, à côté de Mariaplan. C’est un peu excentré mais très bien connecté avec le tramway jusqu’au centre-ville et à la gare, nettement moins cher que ce qu’on trouve en ville et le quartier est très sympa ! C’est aussi sur la ligne de tramway qui va à Saltholmen pour les départs en ferries vers l’archipel.

8e jour, l’archipel de Göteborg

Le lendemain, on découvre (enfin :) le climat suédois avec 3° C au réveil et -1° C ressenti, mais un super soleil. Super, direction l’embarcadère de Saltholmen, au bout du tramway 11, pour une journée dans le sud de l’archipel. De nombreuses îles sont accessibles en moins d’une heure de ferry, qui fonctionne comme les bus et tramways (liaisons régulières, même billet valable).

Les ferries pour l'archipel

Ce n’est pas forcément évident de s’y retrouver dans les îles et les horaires, surtout qu’à cette saison les ferries ne sont pas forcément aussi réguliers. Dans le doute, le site de VästTrafik (ou l’application) sont bien faits et permettent d’être sûr des horaires (et il y a du réseau quasiment partout dans l’archipel). Les ferries sont néanmoins très réguliers et circulent toute la journée (et en soirée).

Les horaires actuels (brochure disponible à l’embarcardère aussi), sont disponibles ici, avec la carte des liaisons au début. Attention aux indices a et t. a désigne un arrêt qu’il faut demander explicitement au conducteur du bateau (sinon, il ne s’y arrête pas, on ne peut donc le prendre qu’à la descente). t veut dire qu’il faut appeler le numéro indiqué 30 minutes en avance pour que le bateau s’arrête.

Il n’y a pas grand chose pour trouver à manger à Saltholmen. Il y a quelques cafés et restaurants sur les îles (mais souvent fermés hors saison) et quelques supermarchés (qui peuvent dépanner, prix supérieur au continent). L’idéal est probablement de prévoir un pique-nique, s’il fait beau :)

On est parti vers 9h pour aller à Vrångö vers 10h. Vrångö est l’île la plus éloignée du continent. Là-bas, on a fait un tour au sud, à travers la réserve naturelle. De là, on peut voir les autres îles de la réserve naturelle. Il y a de nombreuses tables de pique-nique le long du chemin, idéal pour pique-niquer au bord de l’eau ! De l’autre côté, ne pas manquer la petite cabane perchée en haut d’un rocher, qui permet d’avoir une vue d’ensemble de toute l’île. Il y a quelques jolies maisons pittoresques dans le village. Il y a aussi un café qui était encore ouvert à cette saison au niveau de l’embarcadère et une épicerie. Pour faire un tour tranquillement et pique-niquer, compter au moins 2h sur l’île.

Vrångö Vrångö

On est ensuite parti en direction de Donsö. Il y a un joli petit port avec des petits cabanons de pêcheurs. On peut ensuite rejoindre l’île voisine, Styrsö à pied par le pont qui les relie.

Donsö

Sur Styrsö, il y a un chemin qui fait tout le tour de l’île par le Sud et offre de très jolis paysages. À un moment, vous pouvez dévier pour monter au sommet du point le plus haut de l’île. Des dépliants (en suédois) sont disponibles à l’embarcadère de Styrsö Skäret pour vous accompagner pendant la balade. Des dépliants en anglais sont apparemment disponibles à la pension, qu’on n’a pas trouvée… Visiblement c’est ici. On a fini la promenade à l’embarcadère de Styrsö Tången pour reprendre le bateau, vers 16h.

Styrsö Styrsö

On aurait voulu faire un dernier arrêt sur Asperö avant de rentrer, mais les horaires ne se sont pas bien goupillés et il aurait fallu attendre une heure… Sachez que pour rejoindre Asperö, l’arrêt Asperö Östra, à l’est, n’est pas très bien desservi, en particulier en fin de journée, car il est du côté opposé au village. Asperö Norra par contre est dans le village et desservi tout le temps de façon très régulière, par la ligne entre le continent et Brännö.

Sur les îles de l’archipel, il n’y a pas de voitures. La plupart des habitants se déplacent donc avec ces étranges mobylettes.

Mobylettes

Quelques liens utiles sur l’archipel de Göteborg :

Le soir, on profite que ce soit mercredi et que la plupart des musées fassent des nocturnes. En particulier, on en profite pour aller voir le Röda Sten Konsthall au bout de la Klippans Strandpromenad. Klippans est un quartier d’anciennes usines et manufactures (et donc de très beaux bâtiments anciens en brique !). On a vu sur les grues du port en face aussi, de l’autre côté du pont de style newyorkais :) Ne pas se laisser impressionner par l’aspect industriel et brut des lieux et la situation un peu isolée du musée, il est vraiment super (et le quartier aussi) ! Le Röda Sten a récupéré cette ancienne fabrique et l’a laissée “en l’état” (y compris les tags aux murs). Il y a des expositions temporaires, sur notre rapport au politique et la démocratie quand on y est passé, avec des installations et des photographies. Il y a souvent des performances ou des soirées organisées (il y avait un débat, en suédois malheureusement, ce soir-là).

Le pont newyorkais

Si vous êtes motivés, en suivant la Klippans Standpromenad dans l’autre sens, on peut rejoindre le centre-ville de Göteborg en suivant le bord de l’eau.

Klippans

On a aussi profité des nocturnes du mercredi pour aller voir le Världskulturmuseet qu’on n’avait pas pu voir la veille.

9e jour, un dernier tour à Göteborg et Stockholm

Le matin, on en profite pour refaire un petit tour dans la vieille ville de Göteborg, historiquement à l’intérieur des remparts. Ne pas rater le Maritimams, un musée maritime (malheureusement fermé à cette période de l’année, mais on peut quand même voir les bateaux depuis le quai) avec de nombreux bateaux dont un sous-marin et des navires militaires. On aperçoit aussi le gratte-ciel rouge à lèvres au bout du quai. Ne pas manquer non plus le Kronhuset, un des plus vieux bâtiments de la ville, initialement construit au milieu du XVIIIe siècle pour stocker des affaires militaires, plus tard converti en maison du parlement et aujourd’hui une salle de concert. Enfin, il y a la très jolie Feskekörka qui est désormais un marché aux poissons.

Kronhuset Les grues du port Feskekörka

Départ en train de Göteborg à 12h34, arrivée à 15h35 à Stockholm, compter 195 SEK par personne (166 SEK pour les étudiants). Entre Göteborg et Stockholm, il y a quelques jolis paysages et de nombreux lacs sur le côté gauche ! On avait un X2000 cette fois, un cran en-dessous du SJ3000, notamment parce qu’il est plus vieux. C’est quand même très confortable et au moins équivalent à nos TGV :)

Le train Göteborg - Stockholm

En arrivant à la gare de Stockholm, la première mission est de trouver des billets de transport. On a opté pour des billets 3 jours pour être tranquille (125 SEK par personne). On peut les trouver dans les Pressbyrån (petits bureaux de presse) ou les 7-Eleven notamment, mais il faut alors acheter une carte rechargeable en plus (20 SEK par personne, la carte est valable longtemps et peut être rechargée à la prochaine visite). Sinon, il y a une boutique SL dans la gare qui vend des billets normaux, sur papier.

Attention aussi qu’à Stockholm, le T veut dire Tunnelbana, métro, et pas tram. Pour trouver le tram, il faut donc suivre les icônes de tram :)

Après avoir posé nos affaires, on repart faire un tour dans Gamla Stan, la vieille ville médiévale, et Riddarholmen, l’ilôt des chevaliers. C’est trop tard pour visiter les monuments et les musées, mais on a un premier aperçu de Stockholm (et la vue depuis l’Evert Taubes Terrass doit être super au coucher de soleil, mais il faisait gris :/).

Gamla Stan Gamla Stan

Parlement suédois

De cette place, on peut prendre un petit bateau (qui fonctionne comme un bus normal) pour rejoindre l’île de Södermalm (le quartier jeune et branché) juste en face.

Södermalm

En grimpant les escaliers derrière l’embarcadère, on peut rejoindre un petit chemin en hauteur avec des points de vue sur Gamla Stan et Stockholm en général. On peut rejoindre ensuite les terrasses Slussen (des écluses), malheureusement actuellement un grand chantier à ciel ouvert.

Vue depuis Södermalm

Le Södermalm hipster se trouve plutôt autour de Medborgarplatsen et au sud de Folkungagatan (nommé SoFo, par inspiration newyorkaise, South of Folkungagatan), tandis que l’ouest le long de Bastugatan est beaucoup plus résidentiel ou d’anciennes manufactures transformées.

Si vous êtes fans des livres Millenium, une grande partie de l’intrigue se passe dans Södermalm. Vous trouverez une carte détaillée avec la plupart des lieux ici.

Pour manger, on est allé chez Blå Dörren (la porte bleue, mais vous n’en verrez pas car le pub n’a pas eu l’autorisation de la ville pour restaurer la couleur initiale de la porte :). On a pris du hareng frit mariné dans la moutarde avec des airelles et de la purée et des boulettes d’élan avec des airelles et de la purée. Les plats étaient excellents et très copieux, pour un prix raisonnable (15 €), c’est une bonne adresse ! Pas mal de choix de bières aussi, du cidre et des options végétariennes. L’ambiance est plutôt pub par contre, donc c’est un peu bruyant.

On a fini la journée en allant voir Fotografiska, le musée de photographie de Stockholm (entrée à 145 SEK pour les adultes, 115 SEK pour les étudiants). Le musée est ouvert très tard, c’est assez exceptionnel ! Super expositions, le musée vaut le coup si vous aimez la photographie. Comme souvent dans les musées de photographie, c’est un peu aride en explications par contre. Le musée est très mal desservi par les transports en commun par contre et il faut marcher une quinzaine de minutes au bord des quais (une fois le chantier passé, la balade n’est pas moche ceci dit :). À noter aussi quelques images violentes / choquantes qui ne sont pas forcément bien signalées en amont. :/

Pour loger à Stockholm, c’est assez dur de trouver quelque chose à un tarif abordable / proche du centre. On a finalement trouvé Old Town Lodge, une auberge de jeunesse pas trop chère (40 € / nuit pour deux en “dortoir”) et hyper bien située, en plein Gamla Stan. Quand on a voulu réserver, toutes les chambres étaient prises et il ne restait que les “espaces dans le dortoir”. C’est assez surprenant comme installation : l’AJ a une grande cave au sous-sol (très belle voûte en pierre au passage !) et ielles ont simplement installé des parois en verre pour délimiter des chambres. C’est un dortoir (les “chambres” ne sont pas fermées en haut), mais vous avez un minimum d’intimité avec les vitres et les rideaux et vous pouvez laisser vos affaires sans soucis, les portes fermant à clé. C’est un tarif assez imbattable pour Stockholm, et c’est finalement vraiment pas mal ! L’auberge de jeunesse était très propre (chambres, sanitaires, cuisines etc). La qualité de votre sommeil dépendra par contre beaucoup des voisins et de leur respect du voisinage. On a eu droit notamment (outre les ronflements qu’on ne maîtrise pas forcément) à un sèche-cheveux à 23h et un réveil qui sonne pendant 10 minutes à fond à 6h30…

Note : Si vous voulez réserver chez Old Town Lodge, passez par leur site web plutôt que par un site comme Booking. Le petit-déjeuner (basique) et les serviettes de toilettes et les draps seront inclus (alors qu’il faudra amener les vôtres ou payer un supplément en passant par Booking, alors que la chambre est au même prix). Duvets interdits, il faut amener des draps si vous ne les prenez pas avec la chambre.

10e jour, Drottningholm

Le lendemain, on part le matin pour l’Hôtel de Ville, qu’on peut visiter en visite guidée uniquement, en anglais ou en suédois (110 SEK, 90 SEK pour les étudiants). La visite dure environ 45 minutes (dépliant de visite disponible ici) et permet de voir le hall bleu (qui n’est pas bleu du tout, décidément) où a lieu la cérémonie de remise des prix Nobel, diverses salles dont la salle du conseil municipal (où on apprend que les suédois respectent fort bien la parité) et le salon doré (entièrement recouvert de granito en petits morceaux de verre et d’or) où a lieu le bal qui suit la remise du prix Nobel. À cette époque de l’année l’accès à la tour n’est plus possible par contre.

Hôtel de Ville de Stockholm Hôtel de Ville de Stockholm

Note : Bien vérifier en ligne avant votre visite les horaires d’ouverture et des visites guidées. S’il y a des cérémonies officielles notamment, les visites peuvent être suspendues.

Le midi, on a cherché à manger rapidement avant de partir pour Drottningholm, un château appartenant à la famille royale et inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO. Du coup, on est retourné chez Max pour tester cette fois la version “burger haloumi” (végétarien), une découverte surprenante mais vraiment pas mauvaise ! :)

Pour rejoindre Drottningholm, le plus simple est de prendre le métro 17 ou 19 jusqu’à Brommaplan puis le bus 176/177/etc (c’est indiqué en sortant de la station de métro). Compter 30 à 45 minutes depuis le centre de Stockholm. Le trajet est inclus avec un billet 3 jours. Une autre option est de prendre le ferry au départ de Stockholm (c’est par contre nettement plus cher et pas inclus dans le billet :).

Drottningholm Drottningholm

L’entrée du château est à 130 SEK (65 SEK pour les étudiants). Il est possible de visiter le théâtre du château (en supplément, visite guidée uniquement). Il y a aussi des visites guidées du château (30 SEK par personne). La visite guidée du château et la visite du théatre ne sont pas compatibles. On a opté pour la visite du château, mais il y a pas mal de textes explicatifs dans les salles et si c’était à refaire, le théâtre vaut probablement plus le coup. Il y a aussi un autre petit château au fond du parc, le pavillon chinois, qui est fermé à cette période de l’année (on peut aller le voir à pied, mais pas le visiter).

Pour manger le soir, on est allé à l’Hermitage. C’est un restaurant végétarien qui sert un buffet uniquement. Il faut compter 15 € le soir et le weekend, 14 € le midi et 11 € à emporter (vous avez alors trois barquettes à remplir, probablement l’option la plus intéressante). Le buffet est plutôt d’inspiration orientale / indienne et bon, mais il n’y a que des entrées et des plats (et des tartes en supplément, 4 €). Une bonne adresse pour les végétariens :)

11e jour, l’archipel de Stockholm (Vahxolm)

La ville de Stockholm est en réalité sur plusieurs îles et, tout comme à Göteborg, il y a tout un archipel à proximité, accessible en bateau. Il y a deux entreprises qui assurent les liaisons avec l’archipel : Waxholmsbolaget (publique) et Stromma. Stromma propose plutôt des croisières, plus chères et avec un tour en bateau mais pas vraiment de temps à terre. Waxholmsbolaget assure le transport public maritime avec les îles, comme les bateaux de Göteborg (sauf qu’à Stockholm, les ferries ont une tarification dédiée). Le site de Waxholmsbolaget est uniquement en suédois, mais se comprend assez bien. Tous les horaires sont a priori connus de CityMapper / Google Maps aussi, au besoin.

Il y a de nombreuses îles accessibles directement depuis Stockholm, facilement. Malheureusement, hors saison, les liaisons sont moins fréquentes et il est assez difficile de faire plus d’une île dans la journée. Deux îles sont accessibles facilement à cette période de l’année : Vaxholm et Grinda. Grinda n’est accessible qu’en bateau et il n’y a rien sur l’île contrairement à Vaxholm qui est également reliée à Stockholm par un pont et qui a un village. On a donc opté pour Vaxholm, plus flexible.

Note : On peut aussi aller à Vaxholm par la route avec le métro 14 puis le bus 670 (ce qu’on a fait au retour). Le temps de trajet est assez similaire mais on ne profite pas de la vue sur les îles de l’archipel depuis le bateau. En revanche, le trajet est inclus avec une carte des transports à Stockholm.

Le départ des ferries Waxholmsbolaget se fait devant le Grand Hotel. Les billets s’achètent directement à bord (CB acceptée) et coûtent 79 SEK par personne pour aller à Vaxholm. Compter une demi-journée à Vaxholm.

À Vaxholm, il y a : Une forteresse, sur une petite île voisine. Un bateau assure des liaisons régulières lorsque la forteresse est ouverte. Malheureusement, elle est fermée à cette période de l’année. Plein de jolies maisons rouges en bois dans le village et autour du petit port de l’autre côté de l’île. On a ensuite marché jusqu’à l’autre côté de l’île, plus sauvage, Eriksö. Il y a un chemin qui fait le tour de la pointe de l’île et offre de nombreux points de vue sur les îles voisines. La place de la mairie avec son jeu d’échecs en libre service :p

Vaxholm Vaxholm

Vaxholm

Il y a quelques trucs pour manger à Vaxholm, sur le port, dont [une boulangerie](https://www.openstreetmap.org/node/5325680614 (qui fait des sandwiches, quiches et lasagnes). Il y a aussi un supermarché pour acheter de quoi faire un pique-nique.

Quelques liens utiles sur l’archipel :

En revenant à Stockholm, on a voulu aller au National Museet mais celui-ci était en travaux jusqu’en octobre 2018. On a donc été au Moderna Museet, le musée d’art moderne de la ville. Les collections permanentes sont gratuites. Il y avait une exposition temporaire gratuite, Public Luxury top sur le design et l’urbanisme, et une exposition temporaire sur Warhol (entrée à 100 SEK, 70 SEK en tarif réduit).

National Museet

Le soir, on est allé manger chez Sjatte Tunnan, un restaurant ambiance médiévale dans une cave de Gamla Stan. L’ambiance est super, avec les serveurs et serveuses en costume, des cartes en parchemin et des couverts étranges (couteau et cuillère seulement). Il y a un grand choix de bières, d’hydromel et de cidres. Les plats sont copieux et très bons avec (comme toujours) des options végétariennes. Compter 10-15 € pour les entrées et 20-30 € pour les plats. On recommande particulièrement le saumon (Spicken Lax) en entrée, les boulettes d’élan aux airelles et la pintade. Sachez que si vous êtes suffisamment nombreux, vous pouvez opter pour l’option “festin” où on vous préparera un cochon de lait entier pour vous et vous l’amèneront à table ! :) Réservation recommandée. Il vaut mieux réserver par téléphone plutôt que par leur site internet visiblement (ielles ne centralisent pas leurs réservations et le cahier est géré en priorité).

12e jour, le palais royal et retour en France

Petite découverte par hasard ce dernier jour, tôt le matin (surtout) et tard le soir (en-dehors des grandes artères), il n’y a pas grand monde dans Gamla Stan. Pour faire de belles photos sans les touristes, il faut donc viser d’y passer vers 8h ou 9h ! :)

Les appartements royaux

Pour ce dernier jour, on a visité le Palais Royal (entrée à 160 ou 180 SEK selon si on prend l’entrée à la Riddarholmskyrkan aussi ou non, 80 ou 90 SEK en tarif réduit pour les étudiants ou les mineurs). On peut prendre une visite guidée pour 20 SEK de plus. Bien vérifier les horaires et les ouvertures du palais en ligne avant d’y aller car certaines ailes peuvent être fermées lors de réceptions officielles. L’extérieur est actuellement en cours de restauration, mais l’intérieur est superbe ! La Riddarholmskyrkan est l’église où sont les tombeaux des membres de la famille royale. On y trouve aussi les blasons de toutes les personnes décorées de l’ordre des Séraphins (dont le Général de Gaulle et François Mitterand).

Riddarholmskyrkan

Il y a pas mal d’explications et de textes à lire dans les différentes salles et toute l’aile des appartements Bernadotte a un audioguide gratuit donc la visite guidée n’est pas essentielle. Compter 1h30 en tout pour visiter l’intérieur des appartements royaux et Bernadotte. Le billet donne ensuite le droit de visiter le Musée Tre Kronor, un petit musée d’archéologie qui est loin d’être le plus intéressant dans le billet. Il permet de voir les sous-sols. Il y a aussi un Musée d’Antiquités qui est fermé à cette période. La chapelle royale était fermée aussi.

De l’autre côté du palais, ne pas rater le Livrustkammaren, un musée gratuit qui expose des costumes et surtout de nombreux (et magnifiques) carrosses d’époque. Il y a aussi un autre étage d’exposition (permanente)qui était fermé jusqu’en 2019.

Enfin, ne pas rater le trésor royal (inclus dans le billet du palais) avec de magnifiques bijoux et couronnes !

Il y a une relève de la garde entre 12h45 et 13h15 (les horaires précis ainsi que le trajet est affiché devant la billetterie du palais). La garde part en général du Musée de l’Armée puis passe devant le Parlement avant de faire le tour du château et de finir dans la cour d’honneur. Tout le trajet se fait en fanfare et la garde est mixte (et pas loin de la parité) !

La relève de la garde

Sur la place du palais royal, vous pouvez aussi visiter la Storkyrkan (la cathédrale, entrée à 60 SEK, 50 SEK en tarif réduit).

Dans Gamla Stan, ne pas manquer non plus la très belle Tyska kyrkan (église allemande). On peut rentrer pour voir gratuitement derrière une petite rembarde mais si vous voulez faire tout le tour de l’église il faudra payer 30 SEK (20 SEK en tarif réduit).

Finalement, c’est l’heure du retour à Paris, en avion avec Norwegian, de Stockholm Arlanda à Paris Orly, en fin de journée. Les billets étaient à 55 € par personne, pas grand chose en comparaison du train… :/

Pour rejoindre l’aéroport, le plus simple est de prendre l’Arlanda Express, un train rapide (il roule à 200 km/h !) qui relie la gare centrale à l’aéroport en 20 minutes (± 5 minutes, sinon ils vous offrent un autre billet). Les billets sont assez chers mais il est possible d’avoir des tarifs assez raisonnables en réservant à l’avance (jusqu’à 90 jours !) ou en prenant des billets doubles (2 personnes pour 350 SEK le weekend, pas besoin de les prendre en avance). Pour les jeunes (25 ans ou moins) et les étudiants (carte ISIC requise), le plus rentable est de prendre un billet étudiant ou jeune (au guichet, forcément, mais il n’y a pas de queue).

Arlanda Express

Norwegian est une compagnie low cost mais est plutôt dans le haut du panier (sensiblement comme EasyJet, un cran au-dessus de Vueling / Transavia / Ryan Air / …). Il y a le wifi gratuit dans l’avion.

Norwegian

Note : Petite astuce pour Norwegian : ils incitent fortement à mettre son bagage cabine en soute car comme dans tous les low costs, il n’y a pas assez de place pour tous les bagages cabines à bord. Il y a des annonces dès l’enregistrement pour vous y inciter mais il vaut mieux attendre l’embarquement. À l’embarquement, on vous proposera d’embarquer parmi les premiers si vous acceptez de mettre (gratuitement) votre bagage cabine en soute.

Quelques outils utiles

  • Pour les trains, les sites des diverses compagnies : SNCF, Thalys, DB et SJ. En France et en Belgique, Trainline est plus agréable à utiliser et devrait vous éviter des déconvenues avec un billet français en Belgique (voir plus haut). En Allemagne, mieux vaut acheter directement auprès de la DB pour être notifié des modifications sur votre train (voir plus haut).
  • La page du parcours Paris - Copenhague sur le monde en train, avec tous les détails et les horaires a priori à jour.
  • En Scanie, les transports régionaux sont sur ce site (étonnamment très dur à retrouver avec une recherche sur internet). Il y a une application aussi et les trains sont aussi listés par SJ.
  • L’application SJ, très pratique.
  • L’application Västtrafik pour payer moins cher ses billets de transport et ne pas s’embêter à trouver où acheter des billets papier.
  • OsmAnd pour télécharger des cartes OSM en local et toujours les avoir à portée de main. Bien pratique !

Quelques notes en vrac

Général

  • Globalement, on a eu une météo superbe avec seulement un jour de pluie et deux jours de gris, pour une fin septembre / début octobre. On avait regardé en avance et la météo avait l’air assez raisonnable à cette saison (par contre, il a fait bien plus chaud que prévu).
  • En-dehors de France, on trouve vraiment des consignes à bagages partout. On en a toujours trouvé dans les gares (Bruxelles, Cologne, Hambourg et Copenhague), acceptant principalement les espèces (et quelques rares fois les CBs). En Suède, il semble y en avoir dans toutes les gares (on en a vu à Malmö, Göteborg, Lund, Helsingborg, Stockholm), acceptant souvent les CBs et les espèces.
  • En Suède, dans les musées, il y a quasiment systématiquement des petits casiers pour les sacs et vêtements (gratuits, ou on vous donne un jeton à l’accueil). Bien pratique pour visiter le musée léger !
  • En Suède et au Danemark, les musées et les commerces ferment tôt (18h / 19h grand maximum). Les supermarchés ont par contre très souvent des horaires d’ouverture très larges (7h - 23h n’est pas très rare par exemple). Les cafés et autres endroits pour manger pour pas très cher ferment souvent tôt (18h / 19h maximum), pas très pratique pour le soir du coup. Attention à organiser votre journée en fonction ! :)
  • La Suède est à la pointe pour les régimes particuliers. Tous les allergènes sont systématiquement indiqués et il y a quasiment partout des menus adaptés pour les végétariens et les végétaliens.
  • La Suède et le Danemark sont aussi nettement plus au point que nous sur l’accessibilité des lieux. En vrac, les lieux sont souvent adaptés, il y a quasiment systématiquement des toilettes adaptées. Sur les aires de fitness, on a vu plusieurs fois des indications d’exercice réalisables en fauteuil. Tous les feux tricolores font tutut pour indiquer quand traverser. À Drottningolm, on a même vu un plan des jardins du château avec toutes les pentes de plus de 5% indiquées en rouge.
  • En Allemagne, Danemark et Suède, tout le monde parle (très bien) anglais, souvent mieux que nous…
  • À Stockholm, tous les WCs publics sont payants. Ailleurs, c’est variable. En Belgique et en Allemagne, les WCs sont très souvent payants. Dans les gares, les WCs sont payants quasiment systématiquement.
  • Au Danemark et en Suède, énormément de choses sont faites pour les enfants. On trouve des coins dédiés avec des jeux dans tous les musées (et dans les églises !). Dans les WCs (genrés hommes et femmes), on trouve systématiquement des tables à langer aussi.
  • Le 4 octobre, c’est la fête des kanelbullars en Suède (une raison de plus d’en manger plein :) !!!
  • On trouve énormément de pistes cyclables (et on voit énormément de cyclistes !) dans les pays qu’on a traversé. J’ai fait un fil de tout ce que j’ai vu sur Mastodon.
  • On a vu d’étranges feux piétons doubles à Cologne, Hambourg et Copenhague. Visiblement, c’est pour dissuader les piétons de traverser au rouge.
  • À Stockholm, CityMapper peut être bien pratique pour chercher des itinéraires en transport en commun, mais il n’est carrément pas au point sur les déviations temporaires. À utiliser avec méfiance donc (en particulier du côté de Slussen qui est un chantier à ciel ouvert en ce moment).
  • En Suède et au Danemark, il n’y a pas les euros (mais les couronnes suédoises et danoises). Étudiez bien les conditions de votre carte bleue à l’étranger avant de partir (la mienne me coûte minimum 2 € de frais de change par transaction…). Dans ce cas, ouvrir un compte chez une banque en ligne comme N26 peut être très vite intéressant.
  • On était parti avec deux guides touristiques, le Routard Danemark / Suède et le Lonely Planet Suède (merci la bibliothèque municipale ! :). Le Routard était globalement plus complet et mieux pour les visites mais le Lonely avait souvent plus de conseils de cafés et restaurants, ils sont donc assez complémentaires.

Sur les trains

  • Il est possible de prendre un Pass InterRail pour le trajet. C’est à voir au cas par cas mais en s’y prenant à l’avance avec des cartes jeunes, ce n’était pas rentable pour nous.
  • SJ a une application mobile très bien faite, très complète et qui vous guide jusqu’au bon emplacement sur le quai avec votre GPS :) Globalement, le site de SJ est un des plus agréables à utiliser, il marche bien, on peut choisir sa place comme dans les avions à la réservation et les billets ne sont pas très chers ! SJ a même une page avec des infos détaillées sur leurs trains.
  • Les SJ3000 (notre Malmö - Göteborg) sont vraiment top, même en seconde classe. Les sièges sont très larges, il y a une prise par personne et un repose bagage entre la fenêtre et le siège côté fenêtre. Wifi dans le train.
  • Les X2000 (notre Göteborg - Malmö) sont un peu moins bien, décevants en comparaison :p On a eu un changement de direction étrange à Göteborg et notre place dans le sens de la marche s’est retrouvée être dans le sens inverse finalement… tout n’est pas parfait.
  • En Scanie et entre la Scanie et le Danemark, les trains circulent de façon très régulière et quasiment 24h/24.
  • On n’a jamais eu aucun contrôle de billet en Suède dans les trains grande vitesse (mais dans les trains en Scanie, oui).
  • Une liaison Paris - Copenhague est possible par train de nuit, mais seulement l’été (en tout cas, elle n’existait pas quand on a réservé). Voir chez seat61 ou lemondeentrain.
  • Les trains qu’on a pris au Danemark et en Suède n’avaient pas de motrice, mais un premier wagon qui faisait locomotive aussi. Étrange…
  • Visiblement il y a une loi en Suède qui dit que
    • si un transport a plus de 20 minutes de retard avant le départ, on est indemnisé de 100 € maximum pour prendre un transport alternatif. Valable aussi si on n’a pas encore acheté le billet (le prix du billet est alors déduit de la compensation).
    • si un transport a du retard en cours de trajet, on doit vous rembourser le billet à hauteur de 50% (au moins 20 minutes de retard), 75% (au moins 40 minutes) ou 100% (au moins une heure).
  • On n’avait jamais fait de trajets aussi longs en train et on appréhendait un peu. Finalement, on n’a pas vu les trajets passer ! Le train faisait une pause agréable pour planifier les journées suivantes. C’est en tout cas bien plus agréable que des trajets aussi longs en voiture comme on a pu le faire par le passé. On ne se rend pas forcément compte non plus mais un trajet de 5h en train, c’est 5h assis dans un train tranquillement à pouvoir faire des choses. Par comparaison, pour notre vol retour, on est parti à 15h de la gare de Stockholm et on a atterri à 22h à Paris, ce qui fait 7h de trajet total pour seulement 2h30 de vol “tranquille”.

Si vous n’avez pas de compte chez :

  • Airbnb, vous pouvez utiliser ce lien pour créer un compte : 25 € de crédit offert à utiliser sur votre première réservation (et je gagne 15 € de crédit pour un prochain voyage une fois votre premier voyage effectué).
  • Booking, vous pouvez utiliser ce lien pour créer un compte : 25$ de crédit offert sur votre première réservation de 50$ minimum, ça marche aussi avec des euros et les gains sont juste à adapter avec le taux de change (et je gagne la même chose pour un prochain voyage une fois votre premier voyage effectué).

J’espère que ces conseils vous aideront à préparer votre prochain séjour ! N’hésitez pas à me faire part de commentaires ou suggestions !

Cet article est sous licence Creative Commons BY-NC-SA. N’hésitez pas à le repartager et à le modifier à votre convenance, tout en gardant un lien vers le document original, et en conservant la même licence, le tout pour une visée non commerciale.