10 jours en Californie et au Nevada

Posted on 19 November 2017 in Travels • 28 min read

Je suis aux États-Unis en ce moment, et j’ai pu poser une semaine, pour aller faire un tour. On n’était encore jamais allé dans le grand Canyon, donc c’était l’occasion. En plus, en cette saison (mi-octobre), le temps est top et change du froid de la côte est !

Voici notre itinéraire (ambitieux, quelques jours de plus auraient été plus confortables).

Jour 0 : New York -> San Francisco

Départ de New York pour San Francisco le vendredi soir tard (22h), ça laisse le temps d’arriver tranquillement à l’aéroport. Six heures de vol plus tard (et trois heures de décalage horaire), nous voici à 1h du matin à San Francisco. Direction le Airbnb et dodo !

Jour 1 : San Francisco

Itinéraire jour 1

Premier jour de ce roadtrip à San Francisco. On profite du décalage horaire dans le sens favorable (et de l’absence de rideaux) pour se lever tôt et direction l’arrêt de BART le plus proche, descente à Powell Street.

Il y a un grand centre commercial en face de la station de BART, l’occasion de faire un peu de shopping (American Eagle, Hollister, Abercrombie, Levis’s, Old Navy, etc), et de trouver un maillot de bain, si on est parti sans :)

Puis nous avons longé la ligne de cable car à pied (sans pouvoir la prendre, elle était interrompue pour la journée) jusqu’à Fisherman’s Wharf, en en profitant pour passer à Union Square, admirer la vue au croisement de Powell et California St et aller faire un tour sur Lombard Street.

Lombard Street

On arrive au Aquatic Park Pier où de nombreux locaux nagent (dans l’eau gelée de la baie !) et où l’on peut admirer les bateaux historiques et la vue sur Alcatraz. Puis on remonte Jefferson Street en traversant Fisherman’s Wharf (et en cherchant un endroit pour manger) jusqu’à Pier 39, célèbre pour les lions de mer qui y ont élu domicile.

Pier 39

Après manger, retour à Union Square en bus pour retrouver une amie avec qui on devait faire un tour l’après-midi, puis on repart dans l’autre sens, toujours à pied, à travers Chinatown (et notamment la Dragon Gate).

On continue jusqu’à la Coit tower (ça monte !) qui peut se visiter pour un prix raisonnable. Il y a des fresques à l’intérieur, et une magnifique vue sur la baie en haut. On redescend dans North Beach, le quartier italien, pour prendre un goûter, puis on finit la balade en remontant Embarcadero à pied, jusqu’au Financial District, le quartier des affaires de SF, désert un samedi soir.

Coit Tower

Pour manger le soir, on avait initialement prévu d’aller au Cheesecake Factory sur Union Square, au dernier étage du Macy’s, qui a une terrasse avec la vue sur la place, mais face aux deux heures d’attente pour avoir une table, nous avons abandonné et nous sommes réfugiés dans un diner à côté, Lori’s Diner. Ambiance garantie, et les meatloafs (sorte de pains de viande) étaient top !

Conclusion de la journée : faire attention qu’à San Francisco, aucune rue n’est plate, tout faire à pied est épuisant ! :)

La carte du trajet de la journée est ici.

Jour 2 : San Francisco

Itinéraire jour 2

Deuxième jour à San Francisco, pour faire un tour dans Mission, Castro, Twin Peaks et Haight-Ashbury.

Direction l’arrêt de BART le plus proche, pour descendre à 24th Street Mission, à proximité de Balmy Alley, une des ruelles de Mission District célèbre pour ses fresques (murals) engagées. On trouve pleins de coffee shops dans le quartier, idéal pour prendre un petit déjeuner. Puis on a remonté Mission St jusqu’à la 16th Street, en passant devant des vieux cinémas et des magasins vintage, pour aller voir la deuxième ruelle célèbre pour ses fresques : Clarion Alley.

Clarion Alley

Depuis la bulle internet dans la Silicon Valley, de plus en plus de jeunes urbains viennent habiter le quartier de Mission, faisant augmenter d’autant les loyers. Les habitants précédents du quartier, principalement des classes moyennes latino-américaines, sont chassés du quartier par les loyers élevés, et les boîtes de nuit et bars remplacent les taquerias. Beaucoup de fresques le dénoncent.

On continue ensuite de l’autre côté de Clarion Alley par un arrêt au Community Thrift, un immense magasin vintage, avant de se diriger vers le Women’s Building et ses magnifiques fresques, et le bâtiment historique de la Misión San Francisco de Asís. C’était dimanche midi, et la basilique était ouverte (sinon, il y a moyen de payer pour visiter l’église initiale et la basilique).

Misión San Francisco de Asís

On a ensuite traversé Mission Dolores Park en profitant de la vue sur Downtown, pour rejoindre le Castro, le quartier gay historique de San Francisco. On est passé devant Harvey Milk plaza, en hommage à Harvey Milk (un des premiers élus ouvertement gay), et son immense drapeau arc-en-ciel qui flotte au-dessus de la ville, un vieux cinéma et la boutique de photos que tenait Harvey Milk.

Castro

On prend un hot-dog au passage sur Castro Street, puis on se lance à l’assaut de Twin Peaks (et ça monte à nouveau !), pour profiter de la vue sur tout San Francisco de là haut. En haut, on voulait redescendre sur Haight-Ashbury de l’autre côté des collines, en VTC par pure flemme, mais le VTC n’a jamais trouvé comment monter, donc redescente à pied… Il ne faut donc pas trop compter sur un VTC pour monter ou descendre de Twin Peaks :)

Twin Peaks

Enfin, on a fait un petit tour dans Haight-Ashbury, en remontant Haight Street jusqu’à Ashbury Street (et en s’arrêtant regarder les magasins de vêtements vintage et de vinyles :)), avant de partir pour l’aéroport à temps pour notre vol direction Las Vegas !

Arrivée à 20h30 à Las Vegas, 15 minutes à marcher dans l’aéroport pour comprendre comment rejoindre le centre de location de voitures (tous les loueurs sont ensemble, dans un endroit légèrement à l’écart des terminaux, et il faut prendre un bus gratuit pour y aller). 21h30, on récupère notre voiture, une Nissan Juke, puis direction le Trump (beurk) hotel pour la nuit !

Spoiler : La chambre était plus grande que notre appartement à Paris, il y avait douche et jacuzzi dans la chambre, mais il y avait trop de vent pour aller sur la piscine (extérieure, au 7e étage). Et tout ça en plein désert… Pas de casino dans l’hôtel par contre, on découvrira ça plus tard.

La carte du trajet de la journée est ici.

Jour 3 : Las Vegas -> Page (470km, 5h15)

Itinéraire jour 3

Après un arrêt chez Walgreens pour prendre des bidons d’eau et un pique-nique, départ pour Page, une ville au nord du Grand Canyon. Là-bas, on avait une visite (guidée) de Lower Antelope Canyon en fin d’après-midi.

Info pratique : En théorie Walgreens est une chaine de pharmacies. En pratique, ils vendent non seulement ce qu’on peut trouver dans une pharmacie, mais ont toujours des produits alimentaires à côté. C’est un mélange entre une supérette et une pharmacie française.

Peu après le départ, grosse frayeur sur l’Interstate 15 quand les voitures devant nous s’arrêtent brutalement, et que celle derrière nous continue sa route et nous rentre dedans.

Info pratique : Il y a essentiellement une route principale, qui est une autoroute, l’Interstate 15, pour se déplacer dans Las Vegas et en sortir. Votre GPS vous conseillera sûrement toujours de la prendre. Il y a le Las Vegas Boulevard (le Strip) aussi, mais il est souvent bouché, et beaucoup moins rapide. Problème : le trafic est très dense sur l’I15, et peut s’arrêter brutalement, à chaque entrée ou sortie. Faites très attention si vous roulez sur les voies les plus à droite, gardez vos distances et sachez que les américains qui roulent derrière vous ne respecteront sûrement pas les distances de sécurité…

Info pratique en cas d’accident : Si vous avez un accident (même sans gravité) sur une autoroute aux États-Unis, il faut appeler le 911, le numéro d’urgence, et la police viendra. C’est le policier qui prendra vos déclarations, rédigera un constat et vous donnera un reçu pour obtenir le constat complet. Si en plus vous avez une voiture de location, il faut appeler votre loueur avec votre numéro de réservation et le numéro donné par le policier pour ouvrir un “dossier d’accident”. Si vous n’avez pas pris de garantie supplémentaire contre les dommages (si vous avec une carte Premier), j’imagine qu’il faut aussi appeler votre assurance à ce moment-là.

Dans notre cas, ouf, on a juste été secoué, mais la voiture ne peut pas continuer. On avait loué chez Alamo qui fait des packs très avantageux pour les détenteurs d’une carte ISIC (étudiants), incluant la protection étendue en cas de dommages à la voiture. Retour au centre de location, changement de voiture (on a désormais une Kia Soul, vraiment mieux que la Nissan Juke précédente :)) sans soucis (les vendeurs en voient trois comme ça par jour à Las Vegas…) et on repart en direction de Page en espérant être à l’heure malgré les deux heures perdues avec cette histoire !

En chemin, on passe par des coins chouettes, mais on n’a pas trop le temps de s’arrêter. On passe du Nevada à l’Arizona sans s’en rendre compte, mais nos téléphones se décalent d’une heure sans que l’on ne comprenne jamais pourquoi.

Info pratique : Visiblement, il y a des subtilités avec les fuseaux horaires dans la région. Le Nevada et la Californie sont sur le même fuseau horaire. Pour l’Arizona, on n’a pas compris et on a fini par appeler Lower Antelope Canyon pour être sûr d’être à la même heure :p Mi-octobre, on n’a jamais changé d’heure. Il y a quelques explications ici, mais beaucoup trop d’exceptions d’exceptions. :)

Il y a deux canyons que l’on peut visiter à côté de Page : Lower Antelope Canyon et Upper Antelope Canyon. On ne pouvait pas faire les deux, et internet avait l’air de dire que Lower Antelope Canyon était très bien et moins cher. Je ne sais pas comment est Upper Antelope Canyon, mais Lower Antelope Canyon était vraiment top !

Pour Lower Antelope Canyon, il y a deux compagnies qui proposent des visites (à pied, autour de 30$) : Ken’s et Dixie Ellis’. Il y a aussi des tours spéciaux pour les photographes, qui sont des tours avec moins de monde et plus de temps pour s’arrêter prendre des photos. On avait choisi un tour normal avec Dixie Ellis’ (sur les conseils d’un obscur commentaire sur internet, mais les deux ont l’air très similaires :)). Les deux compagnies sont gérées par des frères et sœurs qui se sont partagés la concession de leur père. Il vaut mieux réserver en avance si vous ne passez pas beaucoup de temps dans le coin et n’êtes pas très flexibles.

Voyant qu’on aurait du retard à cause de l’accident, on avait appelé pour décaler la visite d’une heure, sans trop y croire, et ça n’a posé aucun problème !

Une fois arrivé au pied de l’horrible station électrique, on est pris en charge par un guide Navajo (Antelope Canyon est situé en terre Navajo), et on attend presque une heure avant de pouvoir rentrer dans le canyon. On marchera ensuite pendant une grosse heure dans le canyon, pour ressortir à côté du parking. Toute la visite de Lower Antelope Canyon se fait à pied contrairement à Upper Antelope Canyon pour lequel il y a un départ en 4x4. Le guide était super sympa et nous a fait des tours de magie pendant qu’on attendait pour pouvoir rentrer dans le canyon (il allait auditionner pour America’s Got Talent ! :)).

Lower Antelope Canyon

On est parti avec la dernière visite de la journée, ce qui avait l’énorme avantage que la visite était beaucoup plus relax, nous laissant pas mal de temps pour prendre les photos (sans trop de monde dessus :)). Le soleil était très bas, et le canyon était assez sombre, mais on a pu prendre plein de photos quand même. Pour avoir la meilleure lumière et les rayons de soleil, l’idéal est de venir en fin de matinée visiblement.

Une fois sortis, direction Glen Canyon Dam, un barrage à 10 minutes en voiture, construit sur le Colorado et qui a entrainé la formation du Lac Powel. Puis direction notre motel pour la nuit, le Page Motel Boy, un motel un peu cher (mais il n’y avait guère d’options meilleur marché à côté) et très bien. Repas chez Slackers, sur les conseils de Google, qui fait de super (énormes) burgers à des prix très raisonnables.

Glen Canyon

La carte du trajet de la journée est ici.

Jour 4 : Grand Canyon (400km, 4h30)

Itinéraire jour 4

Pour ce quatrième jour, direction le sud, pour aller voir le Grand Canyon National Park (South Rim).

Note : Il y a plusieurs endroits pour voir le Grand Canyon. Une partie est gérée par les parcs nationaux des États-Unis : c’est le South Rim et le North Rim (de chaque côté du canyon), qui font partie du Grand Canyon National Park. North Rim est un peu isolé et excentré, donc nous sommes allés sur la partie South Rim, qui a l’air d’être la plus touristique. Il y a également Grand Canyon West, dans la réserve indienne Hualapai, qui possède notamment la Skywalk (le pont en verre au-dessus du canyon). Les attractions sont assez chères et très touristiques et nous n’y sommes pas allés.

Après l’arrêt achat de pique-nique quotidien, direction Horseshoe Bend, un méandre du fleuve Colorado. Bien compter une grosse heure là-bas, entre les 15 minutes de marche pour atteindre le point de vue et le temps de faire un tour pour prendre quelques photos et profiter du point de vue.

Horseshoe Bend

On continue ensuite en direction de Bitter Springs, puis on fait un petit détour pour aller voir Navajo Bridge.

Navajo Bridge

On reprend la route en direction du Grand Canyon, en rentrant dans le parc par la route 64. Il y a plusieurs arrêts avec des points de vue sur la route, indiqués par des panneaux “Scenic view”.

Juste avant de rentrer dans le Grand Canyon National Park, il y a un arrêt possible sur la droite, indiqué par un panneau Little Colorado River. C’est un parc tribal, c’est-à-dire géré par les Navajos, qui est la seule partie du Grand Canyon qu’il leur reste. L’entrée est payante à prix libre (aucun montant n’est suggéré), mais la vue est formidable, même si ça ne paye pas de mine du bord de la route ! On se retrouve en haut d’un canyon surplombant la Little Colorado River, et c’est très impressionnant. Il y a aussi des tables de pique-nique et des toilettes. Il y a un autre parking un peu plus loin, marqué “Scenic view” et gratuit, je ne sais pas ce qu’il vaut et s’il est équivalent ou pas.

Little Colorado River

En continuant sur la route 64, on entre dans le Grand Canyon National Park, où l’on paye l’entrée de 30$ pour une voiture, valable une semaine.

Info pratique : Si comme nous vous prévoyez de visiter plusieurs parcs nationaux dans l’année (par exemple Yosemite et la Vallée de la Mort), il existe un pass annuel valide pour le détenteur et les personnes dans sa voiture pendant un an pour 80$. Juste pour Yosemite, la Vallée de la Mort et le Grand Canyon, ça fait 5$ d’économies. Vous pouvez toujours convertir votre entrée en un pass au parc national suivant, mais il faut alors bien garder le reçu de vos entrées pour les présenter.

Dans le Grand Canyon, il y a essentiellement une seule route et le ranger vous donnera une carte à l’entrée, avec tous les points de vue listés le long de la route. Attention, l’échelle change au milieu de la carte, et on se fait facilement avoir ! Il y a un service de navettes gratuites dans le parc national, et certains endroits ne sont accessibles qu’en navette.

On s’est arrêté à Desert View où on a le premier panorama sur le Grand Canyon du haut de la tour de garde, puis à Navajo Point, Grandview Point, puis dans Grand Canyon Village.

Grand Canyon

On voulait faire une petite balade (une heure ou deux), pour s’éloigner un peu de la route et descendre un petit peu dans le canyon (sans aller jusqu’au fleuve Colorado, il faut compter au moins une journée pour ça !) et on est parti sur le Bright Angel Trail (qui descend très vite, ça nous manquait les côtes depuis SF !).

On a essayé de voir le coucher de soleil sur le Grand Canyon, et on est allé à Grandview Point (qu’on pensait pas trop mal orienté) pour le voir, mais ce n’était pas aussi impressionnant que prévu. Le canyon prenait quelques couleurs, mais le soleil se couchait plutôt derrière nous. Le lever de soleil sur le Grand Canyon doit être beaucoup mieux !

Grand Canyon

On reprend la route jusqu’à Flagstaff, pour dormir. Flagstaff est située sur l’ancienne U.S. Route 66 et donc on trouve plein de motels plutôt confortables et très bon marché. Par contre, il y a toujours des énormes trains longs de plusieurs kilomètres qui passent, à longueur de journée (et la nuit !) en faisant beaucoup de bruit.

On l’a découvert trop tard, mais Flagstaff est aussi célèbre pour abriter le Lowell Observatory, l’observatoire qui a découvert Pluton, en 1930. Du coup, Flagstaff est une ville “ciel noire”, qui fait attention à réduire la pollution lumineuse, et le coin est un super endroit pour observer les étoiles (en plus, il fait nuit à 18h30 en octobre) ! Le plateau de l’observatoire a l’air d’être un bon spot pour observer les étoiles, et l’observatoire en lui-même propose des visites avec des observations du ciel. Il y a aussi quelques trucs à voir dans les alentours immédiats de Flagstaff.

Le soir, on a dormi au Mountain View Inn qui était très bien. On entendait les trains siffler la nuit, mais vu comme ils sifflent forts, je pense que c’est plus ou moins pareil dans tous les motels :) On a mangé à l’Outback Steakhouse (toujours sur les conseils de Google), qui est une chaîne de restaurants de grillades, plutôt pas mal.

La carte du trajet de la journée est ici.

Jour 5 : Retour à Las Vegas (415km, 4h)

Itinéraire jour 5

Pour ce cinquième jour, retour à Las Vegas en passant par le Hoover Dam, puis balade sur le Strip.

Départ de Flagstaff le matin, direction Hoover Dam, un grand barrage sur le Colorado datant des années 1930. On sort de la 93 direction Hoover Dam et on passe le contrôle policier (depuis 2001 la 93 ne passe plus sur le barrage).

Info pratique : En bas, à proximité du barrage, il y a un parking payant, mais en traversant le pont et en continuant un peu, il y a pleins de places de parking gratuites, pour peu que l’on accepte de marcher un peu.

Après être passé sur le barrage, il ne faut pas rater le Mike O’Callaghan - Pat Tillman Memorial Bridge qui permet de passer le long du Memorial Bridge (le nouveau pont pour détourner le trafic du barrage Hoover) et de profiter d’une super vue sur le barrage.

Hoover Dam

En repartant, il y a aussi un point de vue sur le lac Mead, le lac artificiel créé en amont du barrage Hoover.

Lac Mead

On repart ensuite pour Las Vegas, direction le Stratosphere Hotel, notre hôtel pour la nuit. En arrivant à Las Vegas, encore traumatisés par notre accident quelques jours plus tôt, hors de question de reprendre la I15 et on décide de remonter le Las Vegas Boulevard, ce qui nous permet de passer devant le panneau Welcome to Fabulous Las Vegas et les célèbres hôtels-casinos pour avoir un premier aperçu.

Welcome to Fabulous Las Vegas

Le Stratosphere Hotel est assez excentré sur le Strip, mais a l’énorme avantage de permettre l’accès à la Stratosphere Tower (voir plus bas) pour 5$ (au lieu de 20$). Les chambres étaient correctes, mais à la réception, c’est vraiment l’usine. Il y a un casino dans l’hôtel et une piscine extérieure bien sympa (mais qui ferme tôt, ensuite il faut passer au bar avec piscine, et c’est moins bien).

Le plus simple pour ressortir sur le Strip et aller voir les grands hôtels et casinos est probablement de prendre le bus, qui fonctionne 24h/24 et fait de nombreux arrêts. Attention, les billets standards durent 2h et sont assez chers, il vaut sûrement mieux opter pour un pass 24h.

Les principaux casinos à voir sont : Le Mandalay Bay (qu’on a zappé, vu les événements), Le Luxor, sur le thème de l’Égypte ancienne, avec son sphinx et sa pyramide, L’Excalibur et ses tours de château fort, Le New York New York et son imitation de la Skyline newyorkaise, Le Bellagio et ses fontaines, qui s’animent régulièrement, Le Paris et sa copie de la tour Eiffel, Le Flamingo et ses flamands roses, Le Caesars Palace sur le thème romain, Le Mirage et son volcan qui rentre en éruption, Le Palazzo et le Venetian avec leurs répliques de bâtiments célèbres de Venise,

Las Vegas

Pour se déplacer sur le Strip, on peut tout faire à pied (compter une bonne heure pour remonter du Mandalay Bay au Venetian). Il y a un tramway automatique gratuit entre le Mandalay Bay, le Luxor et l’Excalibur (qui ne dessert pas tous les arrêts selon le sens dans lequel il circule). Il y a trois tels trams gratuits. Il y a aussi un monorail assez cher, ou les bus de la ville.

Le Hard Rock Café de Las Vegas était pas mal, et étonnement peu fréquenté. La liste des spectacles gratuits dans les hôtels est ici.

Avant d’aller se coucher, on est monté en haut de la Stratosphere Tower. C’est très impressionnant et la vue est top d’en haut. Et si vous êtes téméraires, il y a même des attractions sur le toit, à 270m de haut. On peut faire un saut de 260m dans le vide.

Stratosphere Tower

La carte du trajet de la journée est ici.

Jour 6 : La vallée de la mort (560km, 6h)

Itinéraire jour 6

Sixième jour, on traverse la Vallée de la mort.

Départ de Las Vegas, direction Shoshone. On fait un arrêt à Pahrump en cours de route pour récupérer des bidons d’eau (voir les conseils de sécurité) et un pique-nique, puis on arrive à Shoshone, la dernière pompe à essence avant plusieurs centaines de milles. Par précaution, on complète le plein, malgré le tarif prohibitif (plus de 4$ par gallon, contre autour de 2.8$ par gallon normalement !).

Info pratique : On pensait Shoshone beaucoup plus loin de Pahrump que ce qu’il n’est en pratique. Rétrospectivement, on aurait dû reprendre de l’essence à Pahrump, où les prix étaient beaucoup plus abordables et ne rien prendre à Shoshone.

On rentre ensuite dans le parc national par le sud, par la 127, ce qui permet de voir dans l’ordre :

  • Ashford Mills, une ancienne petite colonie minière, aujourd’hui en ruines.

    Ashford Mills

  • Badwater Basin, le point le plus bas en Amérique du Nord avec une altitude de 85.5m sous le niveau de la mer. Il y a une grande étendue de sel et de petits bassins d’eau non potable.

    Badwater Basin

  • Devil’s Golf Course, un plateau couvert d’étranges formations en sel. L’accès se fait par une route en gravier de 2km, mais pas besoin d’un 4x4 pour y accéder, notre petite Kia Soul a pu passer sans problème.

    Devil's Golf Course

  • Artist’s Palette, avec ses roches colorées et un point de vue sur la vallée. Il y a une route à sens unique (goudronnée) de quelques kilomètres pour y accéder.

    Artist's Palette

Attention : En rentrant par le sud, on ne croise aucune caisse en entrant dans le parc, contrairement au Grand Canyon. Je ne sais pas s’il y en a sur les autres entrées. Il faut savoir qu’à partir de maintenant et jusqu’à être bien sorti de la vallée de la Mort, votre téléphone n’aura pas de réseau pendant 90% du temps. Ne comptez donc pas sur lui pour vous servir de GPS. Le centre d’accueil des visiteurs, où vous payerez votre entrée et pourrez prendre une carte, est à Furnace Creek, à une petite heure de route. Pensez donc à bien repérer vos arrêts (pas la route, c’est globalement tout droit :)) en avance !

Finalement, on arrive à Furnace Creek la petite “ville” de la vallée de la Mort. Il y a le centre d’accueil des visiteurs, où on paye son entrée au parc (25$ pour une voiture, valable une semaine ou un pass, voir le Grand Canyon) et on peut récupérer une carte, des points d’eau, et une station essence au cas où. On a du bol, il ne fait pas trop chaud. Il ne fait que 35°C et on pourra rouler toute la journée avec la climatisation sans problèmes.

On repart l’après-midi par l’ouest du parc, en s’arrêtant en chemin à Mesquite Flat Sand Dunes, de grandes dunes de sable. C’est là qu’ont été tournées certaines scènes de Star Wars (et d’autres films), car les dunes sont assez faciles d’accès.

Mesquite Flat Sand Dunes

Mosaic Canyon, un canyon très sympa dans lequel on peut se balader (pas obligé de faire toute la balade, le premier mille au fond du canyon est le plus sympa visiblement, compter une heure). On y accède par une route en gravier, très similaire à celle qui mène à Devil’s Golf Course. On avait hésité avec Golden Canyon aussi, mais on a raté le parking le long de la route…

Mosaic Canyon

On continue vers l’ouest en montant dans les montagnes et en passant le col de Towne Passe avant de redescendre sur Panamint Spring et la sortie de la vallée. On s’arrête prendre quelques photos là où la route 190 traverse le lac Hill (asseché), et aux points de vue le long de la route.

On se dirige ensuite vers Mammoth Lakes, une station de ski dans les montagnes, à une grosse heure de route où on passe la nuit. On s’arrête au Denny’s (une chaîne de restaurants américains de type diner, pas terrible mais bien cliché :)) de Bishop.

On passe finalement la nuit au Motel 6 de Mammoth Lakes. Le motel est top, tout neuf et à un tarif raisonnable. On flippe juste un peu en voyant toutes les affiches rappelant les règles de sécurité relatives aux ours :).

La carte du trajet de la journée est ici.

Jour 7 : Yosemite National Park (330km, 5h)

Itinéraire jour 7

On se réveille le septième jour en découvrant la température extérieure : 20°F ! On n’a jamais vu un chiffre aussi bas en fahrenheit, et on est un peu perdu dans la conversion. On finit par découvrir que ça fait -7°C ! Et oui, Mammoth Lakes est une station de ski et on est passé de -85m d’altitude à 2400m ! On pensera à vérifier les altitudes pour la prochaine fois…

On part donc pour Yosemite National Park, notre parc national de la journée. En chemin, on s’arrête au bord du Lac Mono, en prenant la route 120 à l’est. Il y a une petite balade tranquille d’une petite heure, au départ de ce parking. On y est allé vers 9h le matin, on a pu faire le tour sans croiser personne, et en voyant pleins de tamias, d’oiseaux et de lapins sur le bord du chemin. Il faut payer quelques dollars pour ce parc, mais il n’y avait aucun ranger au guichet (ils arrivaient quand on est reparti je crois), et on n’a pas trouvé comment régler notre dû.

Lac Mono

Info pratique : Pour Yosemite, comme pour la Vallée de la mort, repérez bien votre itinéraire et vos arrêts à l’avance et ne comptez pas trop sur votre téléphone. On n’a quasiment jamais eu de réseau entre le col Tioga et loin après la sortie de la vallée, à Mariposa.

On repart sur la 120 vers l’ouest (Tioga Pass Road), direction Yosemite. Cette route est magnifique, avec de nombreux arrêts et points de vue sur le côté. On passe plein de montagnes, de vues et de lacs superbes, on traverse Tuolumne Meadows et on passe le col Tioga à 3031m (sûrement le point le plus haut du voyage). C’est sur cette route qu’on paye aussi l’accès à Yosemite. Comme d’habitude, 30$ par véhicule, valable une semaine, ou un pass (voir le Grand Canyon). On récupère aussi une carte.

Info pratique : La route 120 (Tioga Pass Road) ferme vers la fin de l’automne. On a pu y passer, mais c’était une des dernières semaines où elle était ouverte. Si elle est fermée, il faut faire tout le tour par le nord, et ça prend bien 4h.

Premier arrêt dans la vallée de Yosemite : Tuolumne Grove pour voir des séquoias géants ! On ne pouvait pas passer au Sequoia National Park et Mariposa Grove était fermé pour restauration, donc on s’est rabattu sur Tuolumne Grove pour voir des séquoias géants. On n’a pas regretté ! C’était top, on peut voir de nombreux séquoias géants, dont plusieurs en bonne santé, un (mort) qu’on peut traverser avec un tunnel, et un autre (qui s’est déraciné récemment) couché à terre qu’on peut donc voir de très près. Compter une heure de balade.

Tuolumne Grove

On continue sur la route et on s’arrête à Bridalveil Fall, une cascade accessible en 10 minutes de marche, puis on monte à Tunnel View, un splendide point de vue sur la vallée (notamment sur El Capitan et le Half Dome), sur la route qui mène à Glacier Point.

Tunnel View

Là, grosse hésitation pour savoir si on continue sur la route de Glacier Point (mais dans ce cas, on ne fera quasiment que ça de l’après-midi, il faut bien 1h30 aller-retour), si on se lance dans le Four-Mile trail (mais c’est trop juste en temps et pas très raisonnable) ou si on redescend dans la vallée. Finalement, on opte pour redescendre dans la vallée et on ne le regrettera pas. On note quand même de revenir pour faire le Four-Mile trail.

On redescend donc dans la vallée et regarde les balades moyennes, d’une heure environ. On hésite entre deux, et on aura le temps de faire les deux finalement :)

Les deux balades ne sont pas accessibles directement en voiture. Il faut se garer quelque part et prendre la navette gratuite, qui nous y pose. La navette tourne régulièrement et on l’a très peu attendue, pour ça c’était top.

Première balade à Vernall Fall Footbridge, compter une petite heure si vous êtes un peu sportifs (attention, ça monte). On arrive au pied de la cascade Vernall, et les panoramas sont superbes.

Vernall Fall

Deuxième balade à Mirror Lake. La balade est beaucoup plus facile que la précédente, essentiellement sur du plat et très carrossable. Mirror Lake est un lac saisonnier. Il n’y avait pas d’eau mi-octobre, mais les panoramas étaient encore une fois superbes. Ça doit être encore mieux quand le lac est rempli !

Mirror Lake

Info pratique : Attention aux unités, les distances américaines pour les randos sont affichées en milles (et quelques fois en kilomètres). On marche à 4km/h, mais ça ne fait que 2 milles par heure. :) On a vu quelques fois aussi des distances pour l’aller-retour, mais la durée affichée à côté pour l’aller simple, ou l’inverse.

Finalement, on va voir les Lower Yosemite Falls et on regarde le soleil se coucher derrière Glacier Point avant de repartir pour Merced, où on passe la nuit.

Merced n’a pas très bonne réputation (32% de la population vit sous le seuil de pauvreté), mais a l’avantage d’être à proximité de Yosemite et sur l’autoroute pour San Francisco. De toutes façons, on y arrive tard et on va juste y dormir. On mange dans un Burger King le long de l’autoroute (après s’être perdu au milieu de parkings glauques), et on dort à l’Americas Best Value Inn, un motel très bien situé le long de l’autoroute. Le quartier n’est pas terrible, vraiment pas très sûr, mais l’enceinte de l’hôtel est très sûre et l’hôtel est en travaux donc les chambres sont toutes neuves. On est proche de l’autoroute, donc ça ne fait pas un gros détour, et le tout pour un prix plus qu’abordable !

La carte du trajet de la journée est ici (chez Google cette fois-ci, OpenStreetMap a du mal à tracer l’itinéraire dans la vallée de Yosemite :/).

Jour 8 : Retour à San Francisco (250km, 3h)

Itinéraire jour 8

Avant-dernier jour et retour à San Francisco. On passe par le nord de la baie, pour voir (de loin) Oakland, Berkeley et on s’arrête à Sausalito en fin de matinée. Le pont qui traverse la baie de San Francisco sur la 580 au nord est payant, et il faut forcément payer en cash (si on n’a pas l’équivalent du télépéage).

À Sausalito, on trouve une place de parking bien située et gratuite jusqu’à trois heures, sur un parking étonnement vide sachant que tous les stationnements autour sont payants. On remonte ensuite vers le port pour voir les maisons flottantes et profiter de la vue sur la baie. Le midi, on prend un brunch au Lighthouse Café avec d’énormes et délicieux pancakes !

Taj Mahal

On reprend ensuite la route direction le Golden Gate, en particulier le point de vue avant le pont. Attention, il y a peu de parking et beaucoup de touristes !

Golden Gate

Le passage du Golden Gate en voiture est payant et on reçoit une facture automatiquement par lecture de la plaque d’immatriculation. Du coup, le plus simple est sûrement de payer avant son passage, sur leur site.

De l’autre côté, on s’arrête à côté du centre des visiteurs (parking à 1$ de l’heure, étonnement peu cher), puis on va faire un tour à pied sur le Golden Gate avant de descendre à Fort Point, sous le pont. On l’a découvert trop tard, mais le parking devant le fort semble être accessible à tous en voiture et gratuit.

On passe ensuite en voiture au Palace of Fine Arts (beaucoup trop de monde pour trouver une place de parking), où l’on croise notre première voiture autonome ! Puis on va voir les Sutro Baths et l’océan Pacifique à Lands End.

Sutro Baths

On avait prévu une visite d’Alcatraz de nuit (dernier tour de la journée, à 18h30). Pour garer la voiture, le meilleur plan semble être vers Union Square (parkings fermés et sécurisés, prix raisonnables en soirée). Les parkings vers les quais sont hors de prix et à San Francisco il vaut mieux se garer dans un parking fermé et surveillé, vu le nombre de vols dans les voitures.

N’ayant pas encore pu prendre la cable car, on prend la ligne sur Powell et Hyde pour rejoindre le front de mer et l’embarcadère pour Alcatraz (Pier 33). Pour prendre une cable car, on regarde une carte, puis on essaye de déterminer un arrêt et on attend. Puis on paye directement au conducteur (7$ l’aller simple). Les cable car partent tous du bout de Powell St, mais il y a une file d’attente interminable à cet endroit (plus d’une heure je pense). En pratique, les cable car ne partent jamais pleines, et on peut en prendre une sans attendre en marchant un ou deux arrêts. Par contre, on n’a pas forcément la meilleure place.

À Alcatraz, la visite de nuit nous laisse un peu plus de deux heures sur l’île. On visite le bâtiment principal de la prison, on profite de la magnifique vue sur la baie de nuit. On profite aussi d’un couloir de prison en plus (habituellement fermé) et de quelques présentations et animations (animées par des rangers, sur la vie de certains prisonniers ou des démonstrations d’ouverture de portes) en plus. Un énorme avantage de faire la dernière visite de la journée c’est qu’on fait la fermeture du site et qu’on peut donc prendre des photos des lieux déserts, sans personne ! Je pense qu’on ne voit pas tout à fait la même chose que de jour (mais je ne peux pas comparer), notamment les jardins. En tout cas c’était top et on ne regrette pas !

Alcatraz

Note : Quand on prend un billet pour Alcatraz, on prend un billet pour un horaire donné et une visite qui dure un certain temps. En pratique, on est obligé de prendre le ferry à l’horaire prévu pour aller sur l’île, mais la visite se fait en autonomie et je n’ai pas eu l’impression qu’il y ait le moindre contrôle du ferry par lequel on rentrait. On peut donc a priori rester toute la journée sur l’île (après, c’était peut-être particulier parce qu’on prenait les derniers ferries de la journée).

Le soir, on découvre les tarifs étonnants du McDo (4.99$ les 10 nuggets de poulet, 5$ les 20) puis on file à Mountain View où on dort chez un pote.

La carte du trajet de la journée est ici.

Jour 9 : Silicon Valley

Itinéraire jour 9

Dernier jour de ce voyage, dans la Silicon Valley. On va faire un tour sur le campus de Stanford, puis dans le centre-ville de Mountain View, avant d’aller voir le centre de la NASA et le Googleplex.

Stanford

On finit la journée au musée de l’histoire de l’ordinateur. Attention, le musée ferme tôt (17h) et est assez long, mais très intéressant (et assez dense). Il y a des billets à tarifs très avantageux chez Groupon.

Le soir, direction l’aéroport pour prendre notre vol, où l’on se rend compte qu’avec le décalage horaire, notre vol de 7h ne dure que 4h en réalité, et qu’on ne dormira pas de la nuit :/ On découvre ce que veut dire red-eye flight sur notre billet :)

La carte du trajet de la journée est ici.

Quelques notes

  • Tous les liens vers Wikipedia que j’ai utilisés dans cet article renvoient vers la version française du site (si disponible) ou la version anglaise (à défaut). Si vous le pouvez, il vaut mieux lire tous les articles sur la version anglaise, qui est beaucoup plus fournie :)
  • Aux États-Unis, les prix sont en général sans service et sans taxes. Bon à savoir pour ne pas oublier d’inclure les presque 20% de taxes sur les chambres d’hôtel à certains endroits, et les (environ) 8% de taxes et 18% de tip de rigueur au restaurant. Au restaurant, il faut donc compter environ 25% de plus que le tarif affiché sur la carte.
  • L’art du tip est très dur à maîtriser. Visiblement, on donne un pourboire au coiffeur, mais pas au taxi (alors que les taxis réclament souvent). Bref, on prend un VTC qui nous évite de nous poser la question :p On donne un pourboire au restaurant, entre 18% et 20% avant les taxes, mais pas si on prend à emporter. Pourtant, il est souvent proposé de laisser un pourboire quand on prend à emporter ! ><
  • On a fait l’erreur (ou pas) de se dépêcher de prendre nos billets d’avion, et pour Alcatraz (car il faut s’y prendre très à l’avance), avant d’avoir planifié le reste du voyage. C’est passé, mais rétrospectivement, ça aurait sûrement été plus simple et pas beaucoup plus cher d’arriver à Las Vegas et de repartir de San Francisco, sans faire de vol dans la semaine ; ou de visiter Alcatraz en début de semaine pour ne pas avoir d’impératif fixe en fin de semaine.

Sur San Francisco

  • Les transports publics sont assez chers. Pour peu qu’on soit deux ou trois, il est parfois plus avantageux de prendre un Uber (pool) ou un Lyft (line).
  • Les hôtels et auberges de jeunesse sont assez chers. Les hébergements meilleur marché n’ont souvent pas de très bons commentaires (saleté, punaises de lit, etc.), ou sont situés dans des quartiers connus pour ne pas être très sûrs de nuit (Tenderloin notamment, même si en plein centre ville).

Sur Las Vegas

  • Là, c’est le contraire, il y a tellement d’hôtels qu’ils sont à des prix très abordables. Attention à bien prendre en compte les taxes et autres suppléments (resort fees) qui sont à payer en plus de la chambre d’hôtel et rarement inclus sur les tarifs affichés. Il y a de très bons plans de temps en temps. Dans notre cas, une nuit un dimanche soir au Trump hotel (5 étoiles) nous a coûté 100€, contre plus de 300€ en milieu de semaine.
  • Les hôtels sont souvent assez hauts, et vous aurez donc souvent une chambre dite “avec vue”. Par contre, vous serez rarement orientés du côté du Strip (surtout pour les chambres les moins chères), et il ne faut donc pas espérer avoir une vue incroyable. :)
  • À Las Vegas (et peut être ailleurs), on vous proposera toujours de payer un supplément à votre arrivée pour avoir une meilleure chambre. En pratique, nos chambres étaient toujours les moins chères et toujours très bien. :)

Quelques jours de plus

Avoir quelques jours en plus aurait été bien pratique et plus reposant. Voici quelques idées de changements si c’est votre cas :

  • Être plus tranquille pour faire le trajet de Las Vegas à Page (surtout si on a un accident…). Avoir une journée de plus à ce moment permet non seulement de s’arrêter à Bryce Canyon National Park, à Valley of Fire National Park ou encore à Zion National Park, mais aussi de faire la visite d’Antelope Canyon le matin, au moment où la lumière est la mieux.
  • Il paraît que le centre-ville de Las Vegas est très sympa aussi, avec des spectacles de rue. On n’a pas eu le temps d’aller voir malheureusement.
  • À l’est de Flagstaff, il y a un cratère de météorite qui a l’air très impressionnant.
  • Un jour de plus à Yosemite aurait été très confortable et nous aurait permis de faire le Four-Mile trail et plus de balades dans ce magnifique parc national.
  • Un jour de plus à San Francisco pour faire quelques musées, notamment le SFMOMA.

Quelques références

  • Le blog de Mathilde, une française installée à Boston et qui écrit beaucoup sur ses roadtrips, une super source d’inspiration !
  • Concernant Lower Antelope Canyon (et Upper), cet article était très pratique :)
  • Pour savoir à quel moment il vaut mieux aller voir Horseshoe Bend, je vous laisse vous faire une idée.
  • Pour se garer à San Francisco, il y a ce très bon guide.