Viens faire mon hackathon avec plein de CC dedans

Posted on 29 April 2014 in Libre • 3 min read

J’ai reçu aujourd’hui une pub pour hack4france, un « hackathon 100% made in France ». On passera sur le hackathon made in France avec du bon anglais de partout (et oui, aussi surprenant que ça puisse paraître, hack4France, c’est pas du français, en bon français, ça donnerait « hack pour la France », tout de suite moins in), sur les récompenses et sur les APIs proposées pour regarder la FAQ et le règlement qui devraient faire hurler tout défenseur des licences libres. Malheureusement, c’est trop souvent comme ça avec ce genre de hackathons.

Déjà, c’est quoi un hackathon ? L’idée de base est de hacker pendant une journée, pour faire bien avancer un projet ou faire émerger de nouvelles idées. Maintenant, si on lit entre les lignes, le hackathon proposé est plutôt “trouvez-nous un projet innovant et sympa, qui va bien se vendre et en échange on vous donne quelques cadeaux”.

Seul problème : le créateur du projet reste l’auteur et donc garde le copyright. Pas génial comme truc si on veut le reprendre, le modifier de notre côté et se faire plein d’argent avec. Pas de problèmes, on a un truc génial pour ça, la Creative Commons !

Du coup, il est précisé dans le réglement (article 12) que tous les éléments produits (à l’exception du code lui-même) seront sous licence Creative Commons BY, ce qui fait qu’il sera très facile pour eux de le réutiliser, et que « le créateur garantit le Prestataire, et les Entreprises Partenaires contre tout trouble, action, réclamation, opposition, revendication et éviction quelconque provenance d’un tiers. ».

Ok, donc on a un concours, on gagne des trucs et en plus mes créations graphiques (entre autres) sont sous Creative Commons. Malgré l’utilisation quelque peu vicieuse de la Creative Commons, c’est leur droit et le participant est au courant en lisant le réglement qu’il a accepté. À part un problème de morale, il n’y a pas grand chose à en dire. Certes, mais ça, c’est avant d’avoir vu la FAQ.

Notamment dans la partie “Que devient le résultat du hackathon ?”,

Vous restez l’entier propriétaire du prototype et de son code. Pour plus de précisions, nous vous invitons à lire le réglement du challenge.

Certes, on reste propriétaire du code car on ne peut céder ses droits moraux dans le droit français, mais on remarquera qu’on passe très étrangement sous silence que les productions seront sous licence Creative Commons. Pour plus de précisions, il faut aller se noyer dans le réglement et tomber sur l’article 12.

Plus grave encore, à la question “Dois-je partager mon code ?”, il est répondu que ce n’est pas obligatoire. En effet, je ne dois pas partager mon code, rien ne m’oblige à le partager. Mais rien n’empêche le partage des autres éléments pour autant. Et il faut bien comprendre que tous les autres éléments seront partagés. Et un code n’est pas le plus dur à reproduire une fois qu’on a l’idée et les éléments graphiques.

Tout ça sera déjà partagé entre les juges, et les entreprises qui financent le concours. Si une idée leur plait, pas de doutes qu’elles la récupèront et en feront quelque chose. Mais ensuite, grâce à la licence CC BY, il suffit que n’importe quel membre du jury veuille redistribuer, et il sera dans son droit pour le faire. Tout sauf le code sera alors partagé.

Bref, une utilisation vicieuse des Creative Commons et une FAQ qui omet judicieusement certains éléments…

P.S.: On remarquera qu’ils se sont d’ailleurs judicieusement limité à la CC BY, en excluant toute possible ND, NC ou SA qui aurait grandement réduit l’intérêt du dispositif.

EDIT : Correction d’une erreur qui s’était glissée dans l’article. Le code n’est pas sous licence Creative Commons, mais tous les autres éléments le sont.